Baccalauréat : face au mur Blanquer, des professeurs acculés

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Rappelons-le, les quelques 750 professeurs qui se sont mis en grève et ont refusé de corriger des copies du baccalauréat l’ont fait en désespoir de cause. Et le ministre de l’Éducation nationale s’est mis lui-même dans une situation délicate dont il entend sortir sans céder un pouce de terrain aux professeurs en grève. Depuis maintenant 2 ans, Jean-Michel Blanquer mène ses réformes, dont la controversée réforme du Bac, contre l’avis des enseignants et des syndicats. Elles sont imposées à marche forcée, sans concertation.

Méprisés, face à un ministre faisant la sourde oreille, certains professeurs ont décidé de recourir à la méthode « dure » pour se faire entendre et ont refusé de corriger des copies du Bac. La réaction du ministre ne s’est pas faite attendre : menace de retenues sur salaire bien supérieures au nombre de jours chômés par les grévistes ; remplacement des notes du baccalauréat par des notes du contrôle continu. Ce sont ces mesures de rétorsion visant à étouffer la contestation qui ont entraîné les syndicats d’enseignants et plus généralement les enseignants dans une bronca contre le ministre. La brutalité de la réponse du ministre risque d’impacter tant les professeurs que les élèves. Le recours au contrôle continu pour remplacer les notes manquantes rompt de fait l’égalité entre les élèves, sans même parler des professeurs sommés d’inventer des notes pour des élèves. Le pathétique le dispute donc au tragique dans un improbable chaos dont les élèves sont victimes.

La Gauche Républicaine et Socialiste s’alarme des méthodes employées par le ministre et de la rupture consommée entre les enseignants et Jean-Michel Blanquer. Elle appelle celui-ci à renouer le fil du dialogue avec les syndicats et organisations représentatives. Aucune réforme du primaire, du secondaire et du baccalauréat n’a de chance de réussir sans le soutien des professeurs qui seront chargés de les appliquer quotidiennement. Le mépris et la brutalité ne sont pas des méthodes de gouvernement ni de réforme.

Nous avons besoin de vous !

Quelles que soient vos compétences, si vous touchez votre bille en droit, en bricolage, si vous aimez écrire, si vous êtes créatif… vous pouvez prendre part à des actions et ateliers près de chez vous ou encore nous envoyer vos vidéos, vos dessins pour des affiches etc.