La GRS dénonce le licenciement de salariés de CORA Saint-Malo pour avoir refusé de travailler le dimanche

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

La grande distribution, en l’occurrence l’enseigne CORA, vient de démontrer de manière nauséabonde que le travail du dimanche n’était pas sur « la base du volontariat ».

Deux salariés bretons de l’enseigne Cora à Saint-Jouan-des-Guérets près de Saint-Malo ont été licenciés pour faute grave « sans préavis et sans indemnité » pour avoir simplement refusé de travailler le dimanche après 18 ans et 8 ans d’ancienneté.

Leur licenciement intervient alors qu’ils n’ont signé aucun avenant à leur contrat de travail prévoyant le travail dominical et que l’ouverture de leur magasin le dimanche n’a jamais été négociée avec les organisations syndicales. Il s’agit donc d’une décision unilatérale de l’employeur. Le motif du licenciement est l’insubordination, comme exposé dans une des lettres de licenciement : « Le code du travail prévoit que vous devez accepter de travailler quand on vous le demande »…?!

Cette interprétation impropre du code du travail amène ces salariés à porter l’affaire au tribunal des Prud’hommes avec l’aide de la CFTC. Le syndicat souligne que ce ne sont hélas pas des cas isolés puisque des employés d’autres entreprises auraient été licenciés ou poussés à la démission. Sans jugement exemplaire, le cas médiatisé de CORA pourrait ainsi créer une jurisprudence catastrophique pour les travailleurs de notre pays.

Nous espérons donc que le Conseil des prud’hommes condamnera CORA pour licenciement abusif et s’affranchira, comme d’autres tribunaux l’ont fait précédemment, de la barémisation et du plafonnement des indemnités introduits par la réforme du code du travail par ordonnances mise en œuvre en 2017 par le gouvernement Macron. En effet, cette disposition scandaleuse ouvre la voie à la multiplication des abus patronaux, certaines entreprises ne craignant plus d’être sanctionnées sévèrement si elles enfreignent le code du travail. Ces deux salariés devront être également réintégrés dans leur emploi. 

Il y a 150 ans, aujourd’hui jour pour jour, se déroulait la première la grève revendiquant le droit au repos dominical. Ce droit est une conquête importante du monde du travail. Le pôle Entreprises de la Gauche Républicaine & Socialiste rappelle son opposition au travail du dimanche. Le dimanche doit rester un jour de repos et de loisirs à partager. La Gauche Républicaine & Socialiste appelle donc à limiter les dérogations au code du travail.

La Gauche Républicaine & Socialiste continuera à lutter aux côtés des salariés contre la multiplication des ouvertures des grandes surfaces le dimanche, dans un secteur en crise où la pression exercée sur les salariés est très forte, notamment dans les zones rurales et périphériques. Notre parti poursuivra son action pour inscrire à nouveau dans la loi les protections auxquelles les salariés ont légitimement droit.

Contact :

    • Sébastien Lombard / 06 03 13 17 84
    • Didier Dague, responsable du pôle thématique entreprise / 06 26 15 25 03

 

Nous avons besoin de vous !

Quelles que soient vos compétences, si vous touchez votre bille en droit, en bricolage, si vous aimez écrire, si vous êtes créatif… vous pouvez prendre part à des actions et ateliers près de chez vous ou encore nous envoyer vos vidéos, vos dessins pour des affiches etc.