1989 le courage d’un Peuple, 2020 les devoirs d’une Nation !

Pour les 30 ans de la réunification allemande, rendons hommage au courage d’un peuple, les Allemands de l’Est, qui ont, par leurs manifestations pacifiques, alors que la police les frappaient et les interpellaient, renversé un régime dictatorial et le mur de Berlin. C’est grâce à leur détermination, le 9 octobre 1989 à Leipzig, que le régime tomba, et qu’ils purent enfin retrouver leur libre souveraineté et voter en mars 1990 pour un Parlement chargé de négocier la réunification.

Le 9 octobre 1989, 70 000 personnes manifestent en criant : « Wir sind das Volk ! » (« Nous sommes le peuple ! »)

Ce n’est pas Helmut Kohl, ce n’est pas Ronald Reagan, ce n’est pas François Mitterrand qui ont rendu possible l’événement dont nous commémorons le trentième anniversaire, c’est un peuple en révolte, peuple à qui l’on fera les années suivantes un bien mauvais sort.

Cette réunification a créé un Etat puissant, prospère, certains diront hégémonique en Europe. Qu’ils se rappellent des leçons de son histoire. L’Allemagne n’a jamais bien fini lorsque elle a voulu dominer sans partage.

C’est l’enjeu de la décennie qui vient pour ce pays de tourner le dos aux séductions d’un nouveau nationalisme radical, meurtrier même, mais aussi de comprendre ses responsabilités face aux déséquilibres de son mercantilisme et les conséquences sociales de ses excédents. L’Allemagne peut être un moteur positif si elle retrouve les valeurs de son économie sociale de marché, la cogestion, le progrès social avant les critères budgétaires, la solidarité avant l’égoïsme.

Depuis bientôt vingt ans que nous partageons la même monnaie, le spectre traumatique de l’inflation n’a jamais été aussi loin : que l’Allemagne, en Europe, assume son devoir de consommateur en dernier ressort, pour réduire ses excédents vis à vis de ses partenaires, en augmentant le volume de ses importations. Alors elle pourra inspirer des débats féconds dans d’autres pays sur la force de son parlementarisme jusque dans les régions, sur l’équilibre entre les pouvoirs, sur l’absence de violence policière.

Le chemin vers la réunification a permis à cette Nation d’apprendre la valeur de la démocratie. Qu’elle lui inspire le respect pour toutes les autres Nations d’Europe y compris lorsque leur volonté souveraine ne coïncide pas avec ses volontés.

Un être humain, à 30 ans, est dans le bel âge où l’adulte mûrit, et devient plus conscient de ses devoirs.

Bienvenue à l’Allemagne réunifiée en ses 30 ans.