Notre système agricole doit être impérativement révisé en lien avec les agriculteurs

Anthony Gratacos, conseiller départemental de Seine-et-Marne et secrétaire général de la GRS, était l’invité de la matinale de RT France ce mardi 25 janvier 2022. Il débattait avec Jean-Philippe Dugoin-Clément, vice-président (UDI) du conseil régional d’Ile-de-France.

Ils ont abordé les questions d’actualité avec le démarrage lent de la campagne pour l’élection présidentielle et l’inévitable candidature d’Emmanuel Macron, qu’il déclarera le plus tard possible comme cela a été le cas pour ses prédécesseurs en situation de se représenter. A propos d’un président sortant qui n’a pas été capable de se représenter, le flou entretenu par François Hollande sur son éventuelle candidature a été rapidement évacuée avec l’attention suffisante qui convenait à cette « information ».

Un débat beaucoup plus sérieux s’est engagé ensuite sur notre système agricole, la chaîne RT France relayant largement les propositions des candidat(e)s de droite conservatrice ou extrême… Anthony Gratacos a insisté sur la nécessité d’une révision profonde de notre modèle agricole, qui doit à la fois assurer des revenus suffisants aux agriculteurs (ce qu’il ne fait pas), produire massivement des produits de bonne qualité (ce qu’il ne fait pas assez), entamer sa révolution écologique et mettre un terme à une souffrance au travail des exploitants agricoles qui conduit à plusieurs centaines de suicides par an. Il faut engager le débat rapidement et travailler en premier lieu avec les principaux concernés : les agriculteurs, les paysans…
Les propositions de la GRS sur ce dossier sont accessibles en ligne : https://g-r-s.fr/pour-une-planification-des-systemes-agricoles-et-alimentaires/

La vidéo est également disponible sur notre chaîne YouTube : https://youtu.be/ciAbQo7eqPU

Sahel : les démocraties locales peuvent-elles résister à la crise djihadiste ?

La confusion règne à Ouagadougou où diverses sources, relayées par RFI, indiquent que le président burkinabè aurait été arrêté par des militaires, après qu’une mutinerie se soit déclenchée dans la nuit de samedi à dimanche dans le camp militaire Sangoulé Lamizana, à Gounghin, dans la périphérie de Ouagadougou.

Malgré des démentis du gouvernement officiel, le président Roch Marc Christian Kaboré aurait été arrêté par les mutins, selon l’AFP et RFI. RFI précisait ce matin qu’au regard des dernières informations dont elle disposait, des militaires se seraient rendus ce dimanche soir à la résidence privée du président pour l’emmener « vraisemblablement dans une caserne militaire dans laquelle se trouve une prison » où il serait désormais détenu.

Les premiers tirs ont éclaté dans la nuit de samedi à dimanche au camp militaire Sangoulé Lamizana, à Gounghin, dans la périphérie de Ouagadougou. Dimanche matin, plusieurs dizaines de soldats, kalachnikov à la main, sont sortis de leur caserne, tirant en l’air, et ont bloqué l’accès au camp Sangoulé-Lamizana. Des tirs nourris ont également été entendus au camp Général-Baba-Sy et à la base aérienne de Ouagadougou, ainsi que dans une caserne de la ville de Kaya, dans le centre-nord du Burkina Faso. Dans un communiqué publié dans la matinée, le gouvernement, qui a confirmé ces tirs, a toutefois démenti « une prise de pouvoir par l’armée » et assuré que les institutions n’étaient pas menacées « pour le moment ». Un couvre-feu a été instauré de 20 heures à 5 h 30 « jusqu’à nouvel ordre » sur toute l’étendue du territoire. Tous les établissements scolaires du pays sont également fermés jusqu’au mardi 25 janvier « pour préserver la sécurité des élèves et des enseignants ».

Mutinerie ou Coup d’État ?

Dans les casernes, la colère ne cessait de monter depuis l’attaque d’Inata, mi-novembre 2021 dans le nord du pays, dans laquelle 53 gendarmes avaient été tués, le massacre le plus sanglant à ce jour contre l’armée. Le 11 janvier, une dizaine de militaires burkinabès et cinq civils avaient été arrêtés et accusés de fomenter un coup d’État contre M. Kaboré.

Au-delà du simple « mouvement d’humeur » de militaires, des rumeurs de coup d’État circulaient après la mutinerie, une mutinerie motivée par la colère face à l’impuissance des autorités à endiguer les violences dans un pays où les attaques terroristes ont fait plus de 2 000 morts et 1,5 million de personnes déplacées en six ans.

Samedi 22 janvier, des centaines de personnes étaient descendues dans les rues de la capitale et dans plusieurs villes du pays, malgré l’interdiction des marches, pour dénoncer « l’incapacité » du président à gérer la crise sécuritaire. A Ouagadougou, les manifestants avaient tenté d’ériger des barricades, avant d’être dispersés. Plusieurs jeunes, dont des leaders de la mobilisation, avaient été arrêtés.

Les objectifs précis des mutins n’ont pas été communiqués… selon des témoignages locaux, rapportés par les correspondants de la presse française, plusieurs affirment être sortis pour exprimer leur colère face à « l’incapacité » du chef de l’État à venir à bout des attaques terroristes, de plus en plus meurtrières, ces derniers mois : « Nous n’en pouvons plus, le président ne tient plus le pays, nos camarades meurent chaque jour au front ».

Il est difficile de déterminer s’il s’agit d’une action planifiée et coordonnée ou si les mutins ont profité d’une forme de désorganisation de l’État burkinabè pour réaliser un coup de main « opportuniste » qui leur a offert la maîtrise de la personne même du chef de l’État.

Il est également possible que la mutinerie réponde aux aspirations de quelques catégories de la population de la capitale. Dimanche, une centaine de manifestants se sont rassemblés à l’entrée du camp Sangoulé-Lamizana pour exprimer leur soutien aux mutins : « Les militaires au pouvoir ! », clamaient certains, « Nous voulons un régime de transition comme au Mali et le départ de la France au Sahel » expliquait un participant à un barrage devant l’échangeur de l’Ouest, où des jeunes avaient érigé des barricades de pierres et de pneus brûlés. Des groupes de personnes ont également tenté de rejoindre la place de la Nation, au cœur de la capitale, avant d’être dispersés par des tirs de gaz lacrymogène de la police antiémeute et de la gendarmerie. Au moins un manifestant a été blessé par une balle perdue. Plus tard dans la journée, des partisans des militaires mutins ont incendié le rez-de-chaussée du siège du parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), à Ouagadougou – alors même que depuis plusieurs semaines le torchon brûlait entre le président et son parti. Dans la journée, plusieurs journalistes ont été pris à partie par des manifestants et des soldats mutins, avant d’être relâchés 30 mn plus tard.

Dans un enregistrement audio transmis à la presse, un des leaders de la mutinerie, qui n’a pas voulu donner son nom, liste six revendications, notamment « le remplacement » du chef d’état-major général des armées, de l’armée de terre et du directeur général de l’Agence nationale du renseignement, « des moyens adaptés à la lutte et des effectifs conséquents », une « revalorisation » des forces et « des unités constituées permanentes » sur le terrain.

Une autre rumeur insistante fait état d’une tentative de libération du général Gilbert Diendéré, ex bras du dictateur Blaise Compaoré, condamné à vingt ans de prison ferme et actuellement en détention à la maison d’arrêt et de correction des armées, située au camp Sangoulé-Lamizana, pour une tentative de putsch en 2015 et actuellement jugé pour son rôle présumé dans l’assassinat du regretté ancien président Thomas Sankara, en 1987. Cependant RFI indiquait ce matin qu’aucune information ne permettait de pouvoir dire que le général Diendéré aurait été libéré par les mutins.

À midi on apprenait que le président de l’assemblée (Alassane Bala Sakandé) et des ministres seraient aussi aux arrêts selon l’agence France presse, alors que selon la correspondante du journal Le Monde au Burkina Faso, un groupe de manifestants convergeaient vers la place de la Nation, à Ouagadougou, en chantant l’hymne national en soutien aux soldats mutins.

La suite des évènements est incertaine. Une déclaration est attendue dans les prochaines heures. Le siège de la radio-télévision publique est d’ailleurs bouclé par des soldats encagoulés avec armes lourdes et blindés, tandis que la RTB continue de diffuser un documentaire animalier. On ne connaissait toujours pas à 13h avec certitude l’identité des leaders de ce qu’il faut bien appeler un putsch. Nous n’avons pas pu contacter nos amis politiques au Burkina Faso : après le blocage de l’accès à Facebook, la connexion Internet mobile a été suspendue dans la journée de dimanche, sans aucune précision des autorités.

Effet domino ?

Les capitales européennes redoutent un scénario à la malienne, avec la prise du pouvoir par les militaires au Burkina Faso, un pays qui a connu par le passé plusieurs coups d’État et tentatives de putsch. Dans un communiqué, le président de la commission de la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a dit suivre « avec une grande préoccupation » la situation et a appelé au calme, tout en demandant « aux militaires de demeurer dans une posture républicaine et de privilégier le dialogue avec les autorités ».

Rappelons le scénario malien : Le 18 août 2020, le même groupe de cinq colonels, dirigé par Assimi Goïta, avait contraint le président Ibrahim Boubacar Keïta, dit « IBK », à la démission.

Neuf mois plus tard, le scénario s’était reproduit avec le président de transition Bah N’Daw et son premier ministre Moctar Ouane. Le coup d’État était à nouveau perpétré par le colonel Assimi Goïta, commandant des forces spéciales devenu entre-temps vice-président. Cette fois, il n’a fallu que l’annonce d’un nouveau gouvernement, dont étaient exclus deux de ses proches, pour que Goïta renverse le pouvoir qu’il avait installé en 2020 et décide cette fois-ci d’être proclamé chef de l’État.

L’histoire semblait bégayer et la communauté internationale avait à nouveau fait part de son inquiétude mais sans pouvoir y faire grande chose. Le 30 mai, Emmanuel Macron avait menacé de retirer les soldats de la force « Barkhane ». Le même jour, après quatre heures de réunion au Ghana, les chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest avait suspendu le Mali de leurs instances, et demandé la nomination d’un premier ministre civil, mais sans imposer de sanctions.

Trouver une posture politique efficace au Mali devient de plus en plus complexe pour la France, les voisins de ce pays et la communauté internationale. En effet, la guerre contre les djihadistes est loin d’être gagnée comme le démontre à nouveau la mort d’un Un militaire français, Alexandre Martin, samedi 22 janvier, au Mali dans une attaque au mortier du camp militaire de l’opération « Barkhane » à Gao. Mais c’est toute la stratégie militaire et politique qui est aujourd’hui en question : le nouveau pouvoir malien (au-delà des rivalités politiques internes à la scène politico-militaires locales) reproche à la France de s’enfermer et d’avoir enfermé le pays avec lui dans une vision manichéenne du conflit qui conduit à considérer tout belligérant comme djihadiste, sans mesurer d’éventuelles possibilités de négociations avec des forces « nordistes » alliées aux islamistes « par la force des choses ».

Ainsi au Mali, comme au Burkina Faso, la démocratie semble tomber tout à la fois sous les coups de l’inefficacité (et parfois de la corruption) des élites politiques locales, l’incapacité à assurer la sécurité face aux attaques djihadistes et aux attentats et du rejet de la France, de sa présence militaire et de sa stratégie géopolitique au Sahel.

Dans ces conditions, la Gauche Républicaine et Socialiste ne saurait que trop conseiller à l’exécutif français de ne pas ajouter de l’huile sur le feu de la situation politique locale en multipliant les coups de menton sans lendemain comme il l’avait fait fin mai 2021 à Bamako et de se concentrer sur la seule sécurité des ressortissants français et franco-burkinabès, le temps que la situation se clarifie.

Emmanuel Macron à Strasbourg : Un exercice d’autosatisfecit malvenu

Hier, les députés européens ont pu assister à la présentation par Emmanuel Macron des priorités qui guideront la Présidence française du Conseil de l’Union européenne.
De ce discours et du jeu de questions-réponses qui l’a succédé, la plupart des observateurs ont surtout relevé les polémiques autour du calendrier de cette présidence qui la place en plein cœur de l’élection présidentielle. Son décalage – c’est ce que l’Allemagne avait fait en 2006 en invertissant sa présidence avec la Finlande pour éviter toute interférence avec ses élections – aurait permis au prochain Président, quel qu’il soit, de se focaliser pleinement sur ce moment important. Cela n’a pas été le choix de l’exécutif français. Nous ne pouvons que le regretter.

Mais sur le fond, la prise de parole d’Emmanuel Macron a surtout laissé un arrière-goût d’autosatisfecit amer. Sur plusieurs thèmes essentiels, ce discours n’a pas été à la hauteur. Évidemment, dire que nous attendions de la part du locataire de l’Élysée qu’il prenne subitement conscience des enjeux serait mentir. Cependant il fut des discours qui ont marqué l’hémicycle de Strasbourg et forcé le respect des parlementaires européens, qu’ils soient d’accord ou non avec le dirigeant qui s’exprimaient devant eux ; force est de constater que le discours d’hier n’était pas de ceux-là et c’est une nouvelle fois regrettable.

Emmanuel Macron a tout d’abord appelé à actualiser la Charte des droits fondamentaux de l’Union pour la rendre « plus explicite sur la reconnaissance du droit à l’avortement ou sur la protection de l’environnement ». Exercice louable mais en contradiction avec le vote, la veille, des députés européens de son propre parti en faveur d’une Présidente du Parlement européen qui n’a jamais caché ses positions anti-IVG.

Ensuite, alors que la pandémie de Covid-19 a mis en évidence les dépendances d’une Europe qui se voit encore uniquement comme un supermarché, Emmanuel Macron est resté dans une conception mercantile désuète.
Il s’est satisfait d’un plan de relance européen modeste largement en deçà des besoins des États membres et qui ne correspond qu’à la moitié du plan voté dans un consensus généralisé par le Parlement européen auparavant. Nous sommes loin du choc de relance espéré par les Européens.
Il n’a pas fermé la porte au projet d’accord d’investissement avec la Chine, faute politique à l’encontre des emplois européens et morale au regard de l’attitude de Pékin à Hong Kong ou vis-à-vis des Ouïghours. Le Président aura beau vanter autant qu’il le voudra le concept d’« autonomie stratégique européenne », accepter cet accord serait aggraver la dépendance de l’Union Européenne à la Chine.
Enfin, il n’a pas évoqué ni les déséquilibres économiques qui s’accroissent entre les États membres de l’Union, ni la question du dumping fiscal et social notamment à travers la question du travail détaché.

Ce discours aurait pu être l’occasion de donner un nouveau souffle à une Union européenne emplie de doutes. Cet objectif n’a pas été tenu.

Ne sacrifions pas EDF sur l’autel de la concurrence

Jeudi 13 novembre, la Ministre de l’environnement Mme Barbara Pompili a annoncé une sévère augmentation de la part de l’énergie nucléaire devant être vendue à prix cassés aux distributeurs privés.

La volonté forcenée de la commission européenne et du gouvernement Macron de livrer le secteur de l’énergie aux forces du marché se traduit par des absurdités comme seul le néolibéralisme des technocrates de la commission européenne et de Bercy en est capable. EDF va être contraint de vendre à 46,2€/MWh une part si importante de l’électricité qu’elle produit qu’elle n’en disposera plus suffisamment pour répondre aux demandes nées de ses contrats en tant que distributeur. Elle devra donc racheter sur le marché privé de l’électricité à 300€/MWh, la même qu’elle aura vendue plus de six fois moins cher.

La perte estimée pour 2022, plus de 8 milliards d’euros, n’est ni plus ni moins que du sabotage de service public. L’excuse donnée par le gouvernement, celle de contenir la hausse du prix de l’électricité, ne tient pas. Les causes de la hausse du prix de l’électricité ne se trouvent pas en France, mais dans nos pays voisins. La flambée du coût des matières premières, gaz comme pétrole, a sévèrement renchéri le prix de l’électricité dans les pays comme l’Allemagne qui utilisent ce mix énergétique. Le mix énergétique français, combinant renouvelable et nucléaire, est théoriquement épargné par la volatilité des prix des matières premières (le combustible nucléaire ne pesant que très peu dans le coût lié à la production d’électricité). Dans les faits cependant, du fait des interconnexions électriques avec les pays voisins, la hausse du coût de l’électricité chez eux se répercute par une hausse du prix chez nous.

Or, les hauts fonctionnaires européens et de Bercy voulant à tout prix introduire de force la concurrence dans le marché de l’électricité, ils ont contraint depuis des années EDF de céder à prix coûtant une partie de l’énergie qu’elle produit à ces distributeurs privés. Ces derniers bénéficient donc des mêmes conditions de vente qu’EDF, sans avoir à assumer les coûts liés aux investissements pour la produire. A la clef, aucune baisse de la facture pour les Français, mais des profits pour les actionnaires privés.

Le groupe EDF est le seul à assumer les risques industriels liés à la production d’électricité. Il se retrouve aussi le seul à devoir assumer les risques financiers, alors que les profits sont confisqués par des entités privées n’ayant aucune vocation de service public.

La production d’une électricité pilotable et décarbonée est un atout majeur de la France, que nous devons préserver. Dans le domaine énergétique, les sources d’approvisionnement fossiles posent de sérieux problèmes.

Or, le mot « pétrole » ne figurait même pas en avril 2021 dans la feuille de route de la Commissaire européenne à l’Énergie, alors qu’il s’agit de la première énergie consommée en Europe, et de la première source d’émission de dioxyde de carbone sur le continent ! C’est d’autant plus incroyable que nous sommes déjà en stress d’approvisionnement pétrolier et que ce stress va s’amplifier. Le Shift Project, groupe de réflexion fondé et présidé par Jean-Marc Jancovici, a accès à une base de données très précise de tous les gisements de pétrole dans le monde, et la conclusion tirée de ces chiffres est très claire : l’approvisionnement pétrolier de l’Europe va continuer à décliner à l’avenir, comme il le fait depuis 2006, et nous ne sommes pas du tout prêts à gérer cette situation.

Ce sera la même chose pour le gaz : alors que certains rêvent de remplacer le nucléaire par une combinaison d’énergies renouvelables et de centrales à gaz, nous ne sommes pas du tout sûrs de disposer des approvisionnements nécessaires en gaz.

Notre souveraineté en matière d’énergie renouvelable est très imparfaite. Avec le photovoltaïque et l’éolien, il y a eu la tentative de faire émerger des filières industrielles nouvelles, mais qui n’ont pas fonctionné. Actuellement, la quasi-totalité des panneaux solaires viennent de Chine, de même pour les éoliennes dont la production y a été délocalisée par les grands industriels européens.

La France avait un opérateur intégré efficace, de la construction des centrales à la distribution du courant, qui délivrait une électricité à bas prix, sans coupure de courant, et qui contribuait au solde exportateur de la France. Nous avons délibérément cassé cet outil au nom d’une concurrence vue comme l’alpha et l’oméga, quel que soit son secteur d’application. Malheureusement, il était prévisible que le découpage d’EDF aboutirait à l’exact inverse du résultat désiré : c’est lié à la nature particulière de l’électricité, et notamment son caractère non stockable.

S’est ajoutée à cela la pression antinucléaire allemande, qui s’est diffusée en Europe, et a débouché sur une pression « pro-énergies renouvelables électriques », qui explique le choix du photovoltaïque et de l’éolien. Mais il faut bien comprendre qu’en faisant cela, nous avons augmenté nos importations, puisque les composants de ces génératrices viennent de Chine. En France, nous avons dégradé notre balance commerciale au profit de la Chine sans procurer le moindre avantage pour les consommateurs et les citoyens français. Dans les pays qui économisent un peu de gaz et de charbon avec l’essor des énergies renouvelables, le déficit commercial reste une réalité, mais au moins ils limitent les émissions de dioxyde de carbone, ce qui n’est pas notre cas.

Le nucléaire est une filière de très long terme, ce qui veut dire que c’est un domaine étatique par construction. D’ailleurs, les nouveaux champions mondiaux du nucléaire sont des États forts : la Chine et la Russie. On ne fait pas de nucléaire de manière sérieuse dans un pays sans un État planificateur et constant. Le Royaume-Uni en a fait la démonstration magistrale par l’absurde : il a laissé le secteur privé gérer le système à ses frais et à ses risques et périls, avec concurrence partout et sans aucun cadre. Résultat : aucun renouvellement de centrale. Il a fallu que l’État intervienne de manière directe (avec des prix, du capital et des risques garantis) pour que le nucléaire redémarre.

La France prend malheureusement un chemin identique à celui des Britanniques. Notre « laisser faire » s’appelle le « stop and go », et la concurrence à l’aval raccourcit les horizons de temps. On ne décide pas d’une stratégie nucléaire, qui peut nous engager pour un siècle, sur la base des prix du marché de la semaine dernière ! En France, l’État a directement souhaité l’affaiblissement du nucléaire, d’une part en le présentant comme un ennemi dans nombre de discours de dirigeants politiques, et d’autre part en ne s’opposant pas aux lubies de la Commission européenne sur la concurrence dans le domaine électrique.

Si le gouvernement français avait mis son veto absolu au démantèlement d’EDF, la France aurait pu faire reculer Bruxelles. Mais les gouvernements français, qu’ils se prétendent de gauche ou assument être de droite, ont été intoxiqués par les économistes libéraux.

Continuer à découper EDF en entreprises concurrentes ou indépendantes les unes des autres engendre trois types de risques : un risque de raccourcissement des horizons de temps, parce que la planification est plus difficile pour un ensemble d’acteurs indépendants que pour un acteur intégré ; un risque de hausse des prix, parce que le découpage impose des coûts de transaction à toutes les étapes et renchérit le prix de l’électricité in fine ; et un risque de problèmes techniques, parce que l’expertise pointue ne se décentralise pas facilement.

Nous avons un besoin urgent de retrouver notre souveraineté énergétique. La hausse des prix chez nos voisins ne peut pas, ne doit pas avoir de conséquences sur la facture électrique de nos concitoyens. Notre mix énergétique décarboné doit aussi être défendu à tout prix. Enfin, les investissements massifs à réaliser dans le nucléaire et le renouvelable doivent être supportés par une seule entité monopolistique si l’on veut éviter la faillite ou l’explosion des prix. Tout cela implique la reconstitution d’un pôle public de l’énergie, entièrement nationalisé et administré. Les illusions des gourous du néolibéralisme et les inefficacités qu’elles entraînent sont trop graves pour que nous laissions faire.

La Gauche Républicaine et Socialiste soutient les mouvements de grève des 11 et 13 janvier 2022

La Gauche Républicaine et Socialiste s’associe à la mobilisation inédite des syndicats du service public des 11 et 13 janvier.

Alors que le gel du point d’indice maintient les revenus des enseignants, des personnels scolaires et des soignants parmi les plus bas d’Europe, l’amateurisme gouvernemental sur la gestion de la crise du Covid-19 dans les écoles a amené la totalité des organisations syndicales du monde de l’éducation à appeler à la grève le 13 janvier, tandis que les promesses non tenues sur la préservation de l’hôpital public et la revalorisation des revenus des personnels hospitaliers ont entraîné un appel à mobilisation le 11 janvier.

Entre l’annonce des mesures de protection sanitaire la veille de la rentrée à 20h, le mépris affiché envers les enseignants et les soignants absents pour cause de Covid qualifié d’absentéistes et le renvoi de la question, essentielle, des détecteurs de CO2 et des purificateurs d’air aux collectivités locales, le gouvernement a démontré une énième fois son indifférence à l’égard des piliers de la République que sont l’école et l’hôpital et de ceux qui la font vivre.

Après deux ans de pandémie mondiale qui ont eu de lourdes conséquences sur la santé mentale des élèves et des soignants, la protection de ces derniers, des professeurs et des personnels enseignants aurait dû être la priorité absolue du gouvernement. Ayant encore une fois négligé la négociation avec les organisations représentatives et agi avec autoritarisme jupitérien, ce dernier a exacerbé l’épuisement des deux premiers services publics de la République, l’école et l’hôpital.

La Gauche Républicaine et Socialiste partage le sentiment d’injustice et de colère qui anime le monde enseignant et hospitalier, et soutient les grèves des 11 et 13 janvier.

Face à la 5e vague, renforcer le soutien aux chômeurs et aux entreprises

Le 3 janvier 2022, Bruno Le Maire, ministre de l’économie, des finances et de la relance a annoncé qu’il prolongeait les dispositifs « coûts fixes » et le soutien à l’activité partielle pour les mois de décembre et janvier.
Ainsi les entreprises des secteurs impactés (S1/S1bis) pourront bénéficier, pour ces deux mois d’une compensation de 90% (70% pour les entreprises de plus de 50 salariés) des pertes d’exploitation. Par ailleurs Les entreprises perdant plus de 65% de leur chiffre d’affaires, ou soumises à des restrictions sanitaires (interdiction des consommations debout, interdiction des consommations dans les lieux culturels, etc.), pourront bénéficier du dispositif de l’activité partielle sans reste à charge. Au regard des incertitudes de la période et des probables évolutions erratiques de l’activité économique avec le COVID, il nous paraît nécessaire d’étendre la poursuite du dispositif jusqu’à l’été 2022 et pas seulement à décembre 2021 et janvier 2022.

La GRS considère que s’il faut soutenir les entreprises pendant la crise sanitaire, il n’est pas acceptable que pour autant, le gouvernement oublie la situation dramatique de nombreux intermittents de l’emploi. Si les entreprises sont aidées c’est qu’elles ne peuvent pas embaucher et donc les chercheurs d’emplois rencontrent des difficultés plus grandes à trouver un emploi.
C’est pourquoi la GRS demande au gouvernement de prolonger la période d’indemnisation chômage de la même durée que l’aide aux entreprises.
La GRS rappelle sa ferme opposition à la réforme de l’assurance-chômage en vigueur depuis le 1er octobre 2021 (après un premier échec en novembre 2019) et exige l’instauration d’une assurance-chômage qui garantit à la fois un revenu de remplacement approprié et un accompagnement adapté aux besoins de chacun.

La panique morale ne fait pas une politique

Encore une fois, la façon dont le Président de la République et le gouvernement gèrent les différents épisodes de la crise sanitaire ne peut que laisser perplexes ou consternés les citoyens français. Le spectacle donné depuis quelques jours par l’exécutif et sa majorité parlementaire face à la cinquième vague est tout à la fois à la hauteur de l’autosatisfaction, dont il a fait preuve entre fin juillet et décembre 2021, et de l’accumulation de ses approximations mensongères :

  • Le premier ministre Jean Castex affirmait ainsi en juillet qu’avec un schéma vaccinal complet, il n’y avait plus de risques de contamination alors même que des cas étaient connus ;
  • Le ministre de la santé Olivier Véran n’a cessé d’affirmer au début de l’automne que notre couverture vaccinale nous éviterait une cinquième vague ;
  • La députée Aurore Berger rejetait l’augmentation structurelle du nombre de lits de réanimation, sous prétexte que cela signifierait vouloir plus de gens en réanimation (?!?) ;
  • Le ministre de la santé nous avait également promis un rempart face à Omicron avant d’annoncer un tsunami…

Soyons clairs sur notre position, nous considérons plus que jamais que la vaccination est un levier essentiel dans la lutte contre le COVID19 : si elle n’empêche pas tout risque d’être contaminé ou de transmettre le virus, elle freine fortement les transmissions et surtout elle empêche les formes graves de la maladie. Les chiffres de la Drees sont sans appel : le risque d’être hospitalisé est aujourd’hui près de trois fois supérieur lorsque l’on n’est pas vacciné. Le risque d’être pris en charge en soins critiques apparaît pour sa part quatre fois supérieur.

Mais, a contrario, sachant désormais qu’un schéma vaccinal complet n’est pas une certitude absolue contre les contaminations – c’est plus le cas après la dose de rappel mais sans garantie à 100 % –, le projet de loi renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire et les conditions de son examen par le Parlement s’apparentent de plus en plus à une panique morale, une fuite en avant irrationnelle de responsables gouvernementaux habités par la peur, surtout celle de se voir reprochés de n’avoir rien fait après avoir menti… En effet, si on pourrait considérer a posteriori que le « pass sanitaire » proposait une garantie aux personnes disposant d’un schéma vaccinal complet ou d’un test récent d’accéder à des lieux avec une protection plus importante contre le virus, l’imposition d’un « pass vaccinal » qui prétend selon l’exécutif renforcer cette protection n’offre en réalité plus celle-ci : interdire l’accès de certains lieux à des personnes ayant été testées « négatives » est une absurdité, puisqu’elles présentent a priori plus de garanties sur un temps court de ne pas être contaminantes que des personnes vaccinées, protégées contre les formes graves de la maladie mais pas forcément de transmettre le virus…

« Bougisme » sanitaire et parlementaire

L’exécutif agit donc selon une posture bougiste : « faut bien faire quelque chose » ! La peur n’évite pas le danger et l’irrationalité dans laquelle il s’enferme en conséquence l’empêche d’examiner l’efficience réelle de la mesure proposée : le pass vaccinal sera même contre-productif d’un point de vue sanitaire, car il n’incitera pas les 10% totalement rétifs à la vaccination à changer d’avis et risque à nouveau de faire chuter le nombre de tests réalisés ce qui nous amputerait d’un outil de mesure de l’évolution de l’épidémie… Le gouvernement est confronté à une situation qui lui échappe ; c’est donc uniquement un échappatoire en matière de communication politique, car pas plus que les autres gouvernements européens il n’a réussi à être efficace contre l’épidémie.

Les conditions d’examen du projet de loi en lui-même aboutissent à un spectacle détestable : à force d’avoir conduit les uns après les autres l’adoption à marche forcée de projets de loi multipliant toujours davantage les entraves aux libertés, l’exécutif a exaspéré jusqu’à ses propres troupes. Le projet de loi sur le « pass vaccinal », en plus d’être tout douteux du point de vue des libertés publiques que de la sécurité sanitaire, est examiné dans des conditions particulièrement dégradées indignes d’une démocratie parlementaire, comme avant lui celui sur l’extension du « pass sanitaire ». On en arrive à considérer que l’examen de loi sur l’état d’urgence sanitaire en mars 2020 – en plein œil du cyclone – avait fait l’objet d’un traitement bien plus respectueux que les textes qui ont suivi. Ainsi il est malhonnête de la part de l’exécutif de dénoncer les oppositions parlementaires dans l’interruption du débat dans la nuit du 3 au 4 janvier 2022, quand c’est en réalité sa propre majorité parlementaire qui a partiellement déserté l’hémicycle à force de se voir imposer un nouveau franchissement de bornes.

Dans l’ordre même de la panique morale à l’œuvre, les propos finissent par devenir totalement incohérents. Comment, dans le même temps, le gouvernement peut-il défendre à l’Assemblée Nationale la nécessité du « pass vaccinal », quand mardi 4 janvier au matin sur France Inter Gabriel Attal, porte parole du gouvernement a usé d’un énorme sophisme en expliquant que, comme on ne pouvait empêcher la vague Omicron de déferler sur le pays en raison de la forte transmissibilité de ce variant, il était inutile de prendre quelque mesure que ce soit pour la freiner ?

Il est de bon ton de prétendre être au-dessus de la mêlée à la veille d’un scrutin national majeur pour démontrer sa mobilisation constante au service des Français… et en même temps, abaisser le débat public à l’étage du caniveau. C’est exactement ce que vient de commettre le président de la République. Ainsi déclarer dans un entretien exclusif au Parisien/Aujourd’hui en France « Je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque. Eh bien, là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder » est indigne d’un Président de la République française. Outre la vulgarité crasse du propos, elle ajoute de la violence dans le débat politique et social au moment où nous avons besoin de sérénité, de rationalité et de solidarité. Bien sûr, on peut parfaitement comprendre l’exaspération de la majorité de nos concitoyens contre ceux qui refusent contre vents et marées la vaccination sur des bases souvent mensongères et fantaisistes. La vidéo de LCI montrant Paul Larrouturou être insulté par un panel d’agités du bocal, réunis devant l’Assemblée nationale, ne peut que renforcer ce sentiment, convenons en. Mais un président ne devrait pas dire cela : il devrait au contraire garder son calme et user d’un autre registre lexical pour espérer une diminution des comportements égoïstes : oui choisir la vaccination est tout autant un acte altruiste et solidaire qu’un réflexe de protection individuel. On se vaccine pour protéger les autres et soi-même tout à la fois ! Les propos du Président de la République sont terriblement délétères car plutôt que de convaincre de nouveaux candidats à la vaccination et à l’action solidaire, il va renforcer certains dans leurs délires où ils se pensent les derniers défenseurs de la liberté, ce qu’ils ne sont pas.

Nos propositions pour lutter vraiment contre le COVID

S’il faut « bien faire quelque chose », essayons à ce stade de prendre des mesures qui répondent aux enjeux du moment à court, moyen et long termes :

  • Il y a urgence à stopper l’hémorragie de personnels soignants, qui frappe l’hôpital depuis des semaines et n’a pas cessé alors qu’ils sont plus que les autres touchés par la conjugaison des contaminations aux vagues delta et omicron. En plus de la politique suicidaire de fermeture de lits qui continue de plus belle, malgré les enseignements de la crise sanitaire, des lits et des services supplémentaires sont aujourd’hui fermés par centaines faute de professionnels. Cela nécessite une véritable augmentation salariale des aides soignant(e)s et infirmier(e)s, bien au-delà des maigres gains du Ségur. Cela devrait également contribuer à reconquérir et à faire revenir les nombreux professionnels qui ont démissionné de l’hôpital public depuis plusieurs années.
  • Il y a urgence également à sécuriser les écoles, collèges, lycées et universités du pays. Il est invraisemblable que Jean-Michel Blanquer continue chaque jour qui passe d’engager au plus fort de la pandémie des polémiques tout azimut – lundi 3 janvier sur LCI, il a semblé avoir plus à cœur la dénonciation des mairies EELV que la résolution du problème soulevé par les journalistes… Après avoir réussi la gageure de transmettre la veille de la rentrée scolaire aux équipes pédagogiques le nouveau protocole sanitaire, plutôt que de renvoyer l’équipement en détecteurs de CO2 et en purificateurs d’air aux compétences des collectivités, le ministre de l’éducation nationale aurait dû annoncer tout à la fois la distribution massive de masques FFP2 aux enseignants et le déblocage de crédits suffisants pour équiper l’ensemble des établissements scolaires et universitaires du pays avec les appareils qui manquent aujourd’hui dans les plus brefs délais. Le « quoi qu’il en coûte » devrait également présider aux considérations de sécurité sanitaire dans l’enseignement !
  • Il faut généraliser et accélérer la mise en place obligatoire du télétravail partout où cela est possible et de manière beaucoup plus massive. Après avoir rechigné plusieurs semaines à sa mise en place, la ministre du travail tarde encore à lancer les contrôles pour contraindre les entreprises qui traînent des pieds.
  • Il faut rétablir la gratuité des tests afin de pouvoir au plus tôt opérer les isolements nécessaires et mesurer en temps réel l’évolution de la pandémie.
  • Il faut mettre en place avec les maires, les médecins, la CNAM un dispositif de recherche et d’identification des personnes vulnérables et âgées non vaccinés, afin de prendre rapidement contacts avec elles pour les informer, les inciter et rendre aisée leur accès à la vaccination si besoin à domicile.
  • Enfin, la France devrait s’engager avec détermination en faveur de la levée des brevets sur les vaccins COVID, ce qu’Emmanuel Macron et le gouvernement se refusent toujours de faire, là encore contre tout argument rationnel car il est clair que le dispositif COVAX n’est pas à la hauteur de l’enjeu. Cela doit devenir une des priorités de notre combat politique. Si nous voulons que les pays en développement cessent d’être des réservoirs infinis en variants, il convient de leur donner les moyens d’accéder massivement aux vaccins et à leur production.

Chili : « les avenues où passera l’homme libre se sont ouvertes »…

En 1973, lors du coup d’État perpétré par Augusto Pinochet, Salvador Allende affirmait que : “Les processus sociaux ne peuvent être arrêtés ni par le crime, ni par la force. L’histoire est à nous et ce sont les peuples qui la font”. Ces paroles résonnent particulièrement aujourd’hui, à l’heure où la coalition de gauche Apruebo Dignidad, composée du Parti Communiste Chilien, ainsi que du mouvement de gauche radicale Frente Amplio et conduite par Gabriel Boric remporte l’élection présidentielle chilienne face à José Antonio Kast, candidat conservateur nostalgique de la dictature militaire et soutenu par une grande partie des élites économiques soucieuses de préserver le modèle néolibéral hérité du régime de Pinochet.

En effet, le renversement d’Allende par Pinochet en 1973 ouvre la voie à l’adoption d’une Constitution rédigée avec l’appui des Chicago Boys, un groupe d’économistes formés par Milton Friedman au sein de l’École de Chicago, une école de pensée promouvant l’idée selon laquelle l’Etat doit se désengager du marché économique au profit de l’initiative individuelle.

C’est pour cette raison que le Chili est souvent présenté comme le laboratoire du néolibéralisme.

L’application de cette idéologie à la société chilienne se traduit notamment par la division du système de santé entre une partie privée, les Instituts de santé prévisionnels (Isapre), auxquels seuls 18% des chiliens ont accès, et son pendant public, le Fonds national de santé (Fonasa), qui souffre d’un manque significatif de moyens budgétaires mais qui doit prendre en charge 70% de la population chilienne.

Si Pinochet est renversé en 1990, le retour à la démocratie ne se traduit pas par une rupture radicale avec son héritage. En effet, les gouvernements de centre-gauche et de centre-droit qui se succèdent au pouvoir à partir de cette date ne remettent pas en cause la Constitution, ni le modèle économique hérités de la dictature de Pinochet. C’est la raison pour laquelle d’importantes mobilisations se tiennent au mois d’octobre 2019 en vue de dénoncer les inégalités économiques et sociales générées par la perpétuation de la dynamique de privatisation des principaux secteurs de la société chilienne.

L’élection de Gabriel Boric à la présidence du Chili représente ainsi un débouché politique à ces mobilisations. En effet, celui-ci se veut porteur d’un ensemble de revendications au coeur de ces mouvements puisqu’il s’est notamment engagé à mettre en place un système de santé universel et, plus globalement, à : “Garantir un État-providence afin que chacun ait les mêmes droits, quel que soit l’argent qu’il a dans son portefeuille”. Pour la première fois depuis la chute d’Allende, un candidat ouvertement critique du modèle économique néolibéral accède donc au pouvoir.

Le résultat de cette élection est ainsi historique dans la mesure où il bouleverse de manière significative le paysage politique chilien. En effet, les partis politiques qui se sont succédé au pouvoir depuis la chute de la dictature ont été massivement rejetés dès le premier tour du scrutin, comme en témoignent les scores obtenus par Sebastian Sichel, soutenu par la coalition de droite libérale Chile Vamos à laquelle appartient notamment le président sortant Sebastian Pinera, et Yasna Provoste, appuyée par une coalition de centre-gauche composée du Parti Socialiste ainsi que du Parti démocrate-chrétien, respectivement crédités de 12,79% et 11,60% des suffrages exprimés. C’est cet effondrement de la droite traditionnelle qui explique le fait que José Antonio Kast ait terminé en tête du premier tour. En effet, face à la perte de crédibilité de Sebastian Pinera, embourbé dans des accusations de conflits d’intérêts après que son nom ait été mentionné dans les révélations des Pandora Papers, une grande partie des élites économiques se sont détournées de la droite traditionnelle au profit de Kast, perçu comme le plus à même de défendre leurs intérêts face à l’émergence au sein du paysage politique d’une large coalition de gauche représentant le débouché institutionnel des mobilisations qui se sont tenues en 2019 en vue de rejeter le modèle économique néolibéral. De ce point de vue, il est intéressant de constater qu’à la gauche de l’échiquier politique chilien, le courant favorable à une rupture radicale avec l’organisation néolibérale de la société prend le dessus sur la frange social-démocrate incarnée par le Parti socialiste chilien qui a jusqu’alors privilégié la recherche d’un consensus avec les autres forces politiques au nom de la pacification de la société à la sortie de la dictature, au détriment de l’impulsion d’un important projet de transformation sociale.

L’émergence d’une gauche favorable à l’impulsion d’un important projet de transformation sociale a ainsi suscité une lueur d’espoir chez un certain nombre d’abstentionnistes qui ont fait le choix de reprendre le chemin des urnes. En effet, alors que le taux de participation s’élève à 44,33% de la population au premier tour du scrutin, il atteint 55,63% au second tour. Il s’agit de l’un des taux de participation les plus élevés lors d’une élection présidentielle depuis la chute du régime de Pinochet.

Or, il se trouve que cette hausse significative de la participation bénéficie principalement à Boric étant donné que, s’il termine à la deuxième place du premier tour avec 25,82% des voix, soit environ 2 points de moins que Kast dont le score s’élève à 27,91%, il remporte finalement le second tour avec plus de 10 points d’avance sur son adversaire. Cela traduit le fait que Boric a su incarner une alternative crédible aux yeux d’un certain nombre de personnes qui avaient tourné le dos aux partis politiques traditionnels. C’est ainsi la corrélation d’une hausse de la participation et du soutien apporté par les autres candidats de gauche et de centre-gauche éliminés au premier tour du scrutin qui a permis à Gabriel Boric de renverser la tendance du premier tour.

Il doit désormais relever l’immense défi d’engager un important processus de transformation sociale au sein de l’un des pays les plus inégalitaires du monde en vue de tourner définitivement la page du pinochétisme. De ce point de vue, nous pouvons souligner le fait que le résultat de cette élection représente une source de satisfaction pour les partisans du processus constituant en cours au Chili. En effet, au mois d’avril 2021, une Assemblée constituante a été élue en vue de rédiger une nouvelle Constitution. Si Kast affirmait qu’il souhaitait “clore le chapitre de la nouvelle Constitution”, Boric s’est engagé à garantir la bonne tenue de ce processus essentiel au renouvellement des modalités d’organisation de la société chilienne.

D’autre part, rompre définitivement avec l’héritage et les pratiques de la dictature suppose aussi de faire toute la lumière sur les violations des droits de l’homme perpétrées au cours du dernier mandat de Sebastian Pinera, qui s’est caractérisé par une répression massive des mobilisations sociales. De ce point de vue, l’élection de Boric représente une source d’espoir pour les familles des victimes qui attendent qu’un important travail de justice soit engagé.

Si le Chili est ainsi en passe d’écrire une nouvelle page de son histoire, il est tout de même nécessaire de préciser que le nouveau gouvernement devra tout de même faire face à un certain nombre de contraintes, en particulier le fait de devoir composer avec un Parlement fragmenté. En effet, il se trouve qu’en parallèle du premier tour du scrutin présidentiel, se tenaient également des élections parlementaires destinées à renouveler simultanément les deux chambres du Congrès chilien, à savoir la Chambre des députés et le Sénat. Or, c’est la coalition Chile Vamos qui a remporté la majorité des sièges, obtenant 53 députés et 22 sénateurs. La coalition Apruebo Dignidad ayant obtenu 37 députés et 5 sénateurs, elle devra donc négocier avec le Nouveau Pacte Social, coalition de centre-gauche disposant également de 37 députés, ainsi que de 17 élus au Sénat, afin d’adopter la majorité des réformes envisagées.

Toujours est-il que, pour paraphraser Salvador Allende, les avenues où passera l’homme libre se sont ouvertes en vue d’engager un processus de transformation sociale au Chili, mais également à l’échelle régionale. En effet, l’élection de Boric vient renforcer une dynamique régionale caractérisée par l’accession au pouvoir de mouvements de transformation sociale dans un certain nombre d’États latino-américains, à l’image des élections d’Alberto Fernandez en Argentine en 2019, de Luis Arce en Bolivie en 2020 ou encore, de Pedro Castillo au Pérou cette année. Le fait qu’un pays historiquement marqué par le néolibéralisme bascule à gauche permettra à coup sûr de renforcer le processus engagé par le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador qui a réuni l’ensemble des dirigeants latino-américains au mois de septembre 2021 à l’occasion du VIe sommet de la Communauté d’États latino-américains et Caraïbes (CELAC) en vue de promouvoir une forme d’intégration régionale qui constitue un contrepoids aux intérêts défendus par les États-Unis au sein du continent sud-américain.

Rendre leur place prioritaire à l’école républicaine et à l’éducation populaire

L’école française se trouve être en-deçà de ce qu’on pourrait en attendre en termes de niveau scolaire. Si l’on se réfère aux enquêtes récentes, les Français ont un niveau inférieur à la moyenne de l’OCDE et de l’Union Européenne en lecture et en mathématiques. Pour la cinquième puissance mondiale, ce score est catastrophique. Les résultats sont encore plus alarmants lorsqu’on s’intéresse aux inégalités scolaires et la situation semble s’empirer parallèlement à la baisse du niveau général. La France est un des pays où les inégalités scolaires sont les plus élevées. Plus d’un jeune sur dix a des difficultés de lecture et parmi eux, la moitié se trouve en situation d’illettrisme. Les résultats des élèves favorisés sont supérieurs de 50 points à ceux des défavorisés, soit deux années d’école ! Il faudra donner suffisamment de moyens aux établissements afin que le nombre d’élèves par classe soit maîtrisé et permette une approche pédagogique individualisée.

La situation professionnelle des professeurs en France est également un sujet prioritaire. Elle est inacceptable pour un pays qui compte parmi les plus riches du monde. Les salaires des professeurs français sont parmi les plus faibles d’Europe de l’ouest. Avec leurs 28 000€ bruts annuels en début de carrière en moyenne , les enseignants français gagnent 7% de moins que la moyenne de leurs collègues de l’OCDE (et 20% de moins en milieu de carrière !), très loin des standards allemand, norvégien ou danois (plus de 50 000 €/an) et ils sont aussi parmi ceux qui ont le moins augmenté dans les dernières années. Une grande partie des problèmes qui touchent l’école française est fortement liée avec cette précarisation grandissante des professionnels de l’Éducation nationale, à qui l’on délègue pourtant de plus en plus de missions – intégration, cohésion nationale, sentiment d’appartenance nationale – autrefois dévolues à d’autres institutions.

Les cours d’Éducation morale et civique se multiplient – une avancée louable – mais le sens de l’intérêt général, le sens national du commun se perdent. L’éducation à la République, au commun, la garantie du « vouloir vivre ensemble » doivent être prolongés au-delà de l’école par un effort massif sur le terrain : le camp laïque, le camp de la Raison et de la République doit se mobiliser pour recréer les conditions d’un puissant mouvement d’éducation populaire présent partout dans nos villes, dans nos quartiers et nos campagnes.

La Gauche Républicaine et Socialiste propose donc notamment :

  • plus que des mesures, un plan volontariste pour la mixité – là où la proposition Balsan échoue pour de mauvaises raisons dans Baron Noir, donnons les moyens de la réussite dans la réalité  ;
  • la revalorisation du métier d’enseignant par une hausse de salaire et par un recrutement sur le modèle des fonctionnaires-stagiaires dès l’entrée dans la formation ;
  • le tissage d’un « réseau républicain » de partenariats avec d’autres services publics et des organisations d’éducation pop pour insérer tous les enfants dans la vie du pays.

Le débat sur l’immigration choisie doit être mis sur la table

Anthony Gratacos, secrétaire général de la Gauche Républicaine et Socialiste et conseiller départemental de Seine-et-Marne, était lundi 13 décembre 2021 à 21 heures sur RT France pour parler de la politique d’immigration.

Dans notre pays, certains immigrés pourtant bien intégrés et insérés économiquement n’ont pas de papiers pour de nombreuses raisons… Il n’y a pas que des personnes qui seraient entrées illégalement sur le territoire, mais aussi des personnes sans problème qui n’ont pu renouveler à temps leurs papiers car les difficultés administratives et les services des étrangers dans les préfectures sont débordés : la France « fabrique » des « sans papiers »… Pour ces personnes intégrées et qui travaillent, il faut évidemment trouver des solutions dont la régularisation de ces travailleurs.

De même, les étudiants étrangers, ressortissants de pays non européens, sont maltraités par les derniers gouvernements. C’est une grave erreur, car ils nous apportent leurs compétences et contribuent au rayonnement de notre pays à l’international.

Nous récusons le schéma mensonger qui lie insécurité et immigration : le sentiment d’insécurité des Français existe, il faut y répondre, mais la montée de l’insécurité et/ou du sentiment d’insécurité est d’abord et avant tout lié au manque d’effectifs policiers sur le terrain, en proximité avec nos concitoyens, le manque criant d’effectifs dans la Justice – qui n’arrive plus à traiter les dossiers, prononcer des peines adaptées à la réalité des faits commis, ou même les faire appliquer (!?) -, au manque d’effectifs dans les services sociaux et les services publics en général : voilà ce qu’il faut traiter d’urgence.

Par contre le débat sur l’immigration choisie est sur la table : il serait irresponsable de l’éluder. Discutons en sérieusement, de manière dépassionnée…