Le Chili sera-t-il l’avant garde d’un nouveau monde ?

Le 4 septembre 1970, Salvador Allende devenait le premier Président socialiste élu démocratiquement en Amérique latine, soulevant alors d’importants espoirs en termes de lutte contre la pauvreté et les inégalités sociales. Aujourd’hui, 52 ans jour pour jour après cette élection historique, le peuple chilien tient entre ses mains l’opportunité de redonner vie à ces espoirs bafoués par le coup d’État militaire perpétré par Augusto Pinochet à l’encontre d’Allende en 1973.

En effet, pour la première fois depuis la chute de Pinochet en 1990, la population chilienne est invitée à se prononcer sur l’adoption d’un nouveau texte constitutionnel qui viendrait se substituer à la Constitution adoptée sous le régime de Pinochet, toujours en vigueur à l’heure actuelle. Ce référendum représente ainsi l’apogée d’un processus de changement institutionnel entamé par les mobilisations massives qui se sont tenues à partir du mois d’octobre 2019 en vue de dénoncer les importantes inégalités économiques et fractures sociales générées par la perpétuation des logiques économiques néolibérales qui se trouvent au cœur de cette Constitution adoptée en 1980 avec l’appui des Chicago Boys. Ce groupe d’économistes chiliens formés au sein de l’Université de Chicago, qui constitue alors le laboratoire de la pensée néolibérale, est porteur de l’idée selon laquelle l’État doit se désengager au maximum du marché́ économique, afin de laisser libre cours à l’initiative individuelle, perçue comme la condition d’une gestion adéquate d’un secteur économique dans la mesure où chaque individu agit de manière rationnelle puisqu’il poursuit son intérêt propre. Ce postulat idéologique se transforme alors en principe constitutionnel au Chili, dans la mesure où la Constitution de 1980 contient un ensemble de clauses visant à protéger l’investissement privé face à l’intervention de l’État, à l’image de l’interdiction des nationalisations économiques.

Or, il se trouve que cette clause entre notamment en contradiction avec la volonté affichée par Gabriel Boric, suite à son élection à la présidence du Chili au mois de mars 2022, d’impulser une étatisation significative des activités minières, qui représentent l’un des secteurs économiques les plus stratégiques au sein de l’économie chilienne, en vue de réinvestir les revenus issus de l’exploitation de ces ressources vers des programmes de redistribution sociale.

C’est là l’enjeu majeur de ce référendum constitutionnel : sortir d’un modèle de société dans lequel le pouvoir du marché prévaut sur l’État qui se contente alors d’organiser son propre retrait du marché économique, tout en palliant à la marge les excès du marché, en vue de construire un État soucieux de garantir l’égalité sociale en favorisant l’accès de l’ensemble de la population aux biens et services de première nécessité. Dans cette perspective, nous pouvons constater que ce nouveau texte constitutionnel consacre notamment l’accès gratuit à l’éducation, ainsi que le droit universel à la santé, qui vient ainsi consolider la volonté affichée par le gouvernement Boric de garantir la gratuité de l’ensemble des soins délivrés dans le cadre du Fonds national de santé (Fonasa) tout en augmentant les moyens budgétaires octroyés à ce système de santé public, qui était jusqu’alors délaissé au profit des Instituts de santé prévisionnels (Isapre), auxquels seuls 18% des chiliens ont accès. L’un des principaux objectifs de cette Constitution est ainsi de réaffirmer la primauté de l’État sur le marché en vue de réduire les inégalités économiques et sociales, mais également les conséquences environnementales significatives générées par la dynamique de privatisation des principales activités économiques du pays depuis les années 1980.

En effet, ce texte constitutionnel stipule que la « relation indissoluble avec la nature » fait partie des valeurs inaliénables de la République chilienne. C’est ainsi qu’aux droits sociaux reconnus à l’ensemble de la population, s’ajoutent également des droits reconnus à la nature. Cette Constitution est ainsi particulièrement novatrice d’un point de vue environnemental dans la mesure où elle ne se contente pas de dénoncer les conséquences environnementales des activités extractives prépondérantes au Chili, mais rompt également ouvertement avec la logique même du capitalisme vert, qui repose sur l’idée que tous les espaces possibles, y compris les ressources naturelles, doivent entrer dans la logique du marché et être avant tout appréhendées du point de vue de leur utilité, ainsi que de leur rentabilité.

Si cette Constitution comporte ainsi un ensemble de revendications qui se trouvent au cœur des mobilisations sociales qui se tiennent depuis 2019 et qui ont été plébiscités par une majorité des chiliens à l’occasion de l’élection de Boric à la présidence de la République, ce texte constitutionnel pourrait paradoxalement être rejeté selon les derniers sondages. En effet, d’après les derniers sondages, le camp du « Rechazo » (le rejet), opposé à cette Constitution, obtiendrait entre 45% et 58% des suffrages, tandis que les partisans de l’ « Apruebo » (l’approbation) ne représenteraient que 32% à 42% des votants. Si rien n’est encore joué, comment expliquer ce possible résultat qui irait à l’encontre de la dynamique de transformation sociale engagée depuis 3 ans ?

D’une part, ce résultat pourrait s’expliquer par la crispation des élites économiques, ainsi que des partis de droite traditionnels vis-à-vis de la vague de contestation du néolibéralisme qui a déferlé dans la plupart des États latino-américains ces derniers mois, jusqu’à atteindre la Colombie, bastion du néolibéralisme qui représentait jusqu’alors le principal point d’appui des États-Unis dans la région. Dans la mesure où, suite à la défaite de José Antonio Kast lors du dernier scrutin présidentiel, la droite – déjà minoritaire au sein de l’Assemblée Constituante, où la coalition Chile Vamos ne dispose que de 37 représentants, soit moins du 1/3 des 155 élus chargés de rédiger ce nouveau texte constitutionnel -, ne dispose d’aucun levier institutionnel suffisant en vue de mettre un terme à cette dynamique, celle-ci décide alors de concentrer ses attaques sur la nouvelle Constitution, la présentant, à coups de Fake news et campagnes médiatiques, comme un texte susceptible de déstabiliser la société chilienne.

Cependant, il est également intéressant de constater que le camp du « Rechazo » ne se limite pas seulement aux milieux de droite traditionnels, mais s’étend également à une part de la population qui avait pourtant appuyé ce changement constitutionnel au départ mais qui estime désormais que les clauses contenues dans cette Constitution sont insuffisantes en vue de transformer en profondeur l’organisation de la société chilienne. De ce point de vue, des tensions sont récemment apparues entre la population Mapuche, première population indigène du Chili avec 1,7 millions de personnes qui s’opposent depuis plusieurs années à l’installation d’entreprises forestières privées sur plusieurs de leurs terres ancestrales, et le gouvernement, après que celui-ci ait décidé de remilitariser les espaces en proie à ces tensions (après avoir dans un premier temps décrété le retrait de l’armée de ces espaces suite à son élection) à la suite de l’attaque d’un camion de travailleurs forestiers survenue le 24 mai. Dans ce contexte caractérisé par une perte de popularité du président chilien, il n’est pas impossible que le référendum constitutionnel cristallise les différentes formes de rejet de son action, ce qui pourrait expliquer que le « Rechazo » bénéficie d’un score élevé dans un pays pourtant majoritairement favorable à l’adoption d’une nouvelle Constitution.

Tous ces éléments laissent craindre un net coup d’arrêt au processus de rupture avec l’héritage de Pinochet, auquel cas le gouvernement de Gabriel Boric serait contraint de rechercher de nouvelles modalités de réforme constitutionnelle susceptibles de susciter une adhésion plus importante, au risque de dé radicaliser le processus de transformation sociale en cours. Toujours est-il qu’en attendant les résultats définitifs, nous ne pouvons que souhaiter que, dans quelques heures, le peuple chilien aura définitivement enterré Pinochet et que, pour paraphraser Gabriel Boric, le Chili deviendra le tombeau du néolibéralisme, après en avoir été un des berceaux.

Chili : « les avenues où passera l’homme libre se sont ouvertes »…

En 1973, lors du coup d’État perpétré par Augusto Pinochet, Salvador Allende affirmait que : “Les processus sociaux ne peuvent être arrêtés ni par le crime, ni par la force. L’histoire est à nous et ce sont les peuples qui la font”. Ces paroles résonnent particulièrement aujourd’hui, à l’heure où la coalition de gauche Apruebo Dignidad, composée du Parti Communiste Chilien, ainsi que du mouvement de gauche radicale Frente Amplio et conduite par Gabriel Boric remporte l’élection présidentielle chilienne face à José Antonio Kast, candidat conservateur nostalgique de la dictature militaire et soutenu par une grande partie des élites économiques soucieuses de préserver le modèle néolibéral hérité du régime de Pinochet.

En effet, le renversement d’Allende par Pinochet en 1973 ouvre la voie à l’adoption d’une Constitution rédigée avec l’appui des Chicago Boys, un groupe d’économistes formés par Milton Friedman au sein de l’École de Chicago, une école de pensée promouvant l’idée selon laquelle l’Etat doit se désengager du marché économique au profit de l’initiative individuelle.

C’est pour cette raison que le Chili est souvent présenté comme le laboratoire du néolibéralisme.

L’application de cette idéologie à la société chilienne se traduit notamment par la division du système de santé entre une partie privée, les Instituts de santé prévisionnels (Isapre), auxquels seuls 18% des chiliens ont accès, et son pendant public, le Fonds national de santé (Fonasa), qui souffre d’un manque significatif de moyens budgétaires mais qui doit prendre en charge 70% de la population chilienne.

Si Pinochet est renversé en 1990, le retour à la démocratie ne se traduit pas par une rupture radicale avec son héritage. En effet, les gouvernements de centre-gauche et de centre-droit qui se succèdent au pouvoir à partir de cette date ne remettent pas en cause la Constitution, ni le modèle économique hérités de la dictature de Pinochet. C’est la raison pour laquelle d’importantes mobilisations se tiennent au mois d’octobre 2019 en vue de dénoncer les inégalités économiques et sociales générées par la perpétuation de la dynamique de privatisation des principaux secteurs de la société chilienne.

L’élection de Gabriel Boric à la présidence du Chili représente ainsi un débouché politique à ces mobilisations. En effet, celui-ci se veut porteur d’un ensemble de revendications au coeur de ces mouvements puisqu’il s’est notamment engagé à mettre en place un système de santé universel et, plus globalement, à : “Garantir un État-providence afin que chacun ait les mêmes droits, quel que soit l’argent qu’il a dans son portefeuille”. Pour la première fois depuis la chute d’Allende, un candidat ouvertement critique du modèle économique néolibéral accède donc au pouvoir.

Le résultat de cette élection est ainsi historique dans la mesure où il bouleverse de manière significative le paysage politique chilien. En effet, les partis politiques qui se sont succédé au pouvoir depuis la chute de la dictature ont été massivement rejetés dès le premier tour du scrutin, comme en témoignent les scores obtenus par Sebastian Sichel, soutenu par la coalition de droite libérale Chile Vamos à laquelle appartient notamment le président sortant Sebastian Pinera, et Yasna Provoste, appuyée par une coalition de centre-gauche composée du Parti Socialiste ainsi que du Parti démocrate-chrétien, respectivement crédités de 12,79% et 11,60% des suffrages exprimés. C’est cet effondrement de la droite traditionnelle qui explique le fait que José Antonio Kast ait terminé en tête du premier tour. En effet, face à la perte de crédibilité de Sebastian Pinera, embourbé dans des accusations de conflits d’intérêts après que son nom ait été mentionné dans les révélations des Pandora Papers, une grande partie des élites économiques se sont détournées de la droite traditionnelle au profit de Kast, perçu comme le plus à même de défendre leurs intérêts face à l’émergence au sein du paysage politique d’une large coalition de gauche représentant le débouché institutionnel des mobilisations qui se sont tenues en 2019 en vue de rejeter le modèle économique néolibéral. De ce point de vue, il est intéressant de constater qu’à la gauche de l’échiquier politique chilien, le courant favorable à une rupture radicale avec l’organisation néolibérale de la société prend le dessus sur la frange social-démocrate incarnée par le Parti socialiste chilien qui a jusqu’alors privilégié la recherche d’un consensus avec les autres forces politiques au nom de la pacification de la société à la sortie de la dictature, au détriment de l’impulsion d’un important projet de transformation sociale.

L’émergence d’une gauche favorable à l’impulsion d’un important projet de transformation sociale a ainsi suscité une lueur d’espoir chez un certain nombre d’abstentionnistes qui ont fait le choix de reprendre le chemin des urnes. En effet, alors que le taux de participation s’élève à 44,33% de la population au premier tour du scrutin, il atteint 55,63% au second tour. Il s’agit de l’un des taux de participation les plus élevés lors d’une élection présidentielle depuis la chute du régime de Pinochet.

Or, il se trouve que cette hausse significative de la participation bénéficie principalement à Boric étant donné que, s’il termine à la deuxième place du premier tour avec 25,82% des voix, soit environ 2 points de moins que Kast dont le score s’élève à 27,91%, il remporte finalement le second tour avec plus de 10 points d’avance sur son adversaire. Cela traduit le fait que Boric a su incarner une alternative crédible aux yeux d’un certain nombre de personnes qui avaient tourné le dos aux partis politiques traditionnels. C’est ainsi la corrélation d’une hausse de la participation et du soutien apporté par les autres candidats de gauche et de centre-gauche éliminés au premier tour du scrutin qui a permis à Gabriel Boric de renverser la tendance du premier tour.

Il doit désormais relever l’immense défi d’engager un important processus de transformation sociale au sein de l’un des pays les plus inégalitaires du monde en vue de tourner définitivement la page du pinochétisme. De ce point de vue, nous pouvons souligner le fait que le résultat de cette élection représente une source de satisfaction pour les partisans du processus constituant en cours au Chili. En effet, au mois d’avril 2021, une Assemblée constituante a été élue en vue de rédiger une nouvelle Constitution. Si Kast affirmait qu’il souhaitait “clore le chapitre de la nouvelle Constitution”, Boric s’est engagé à garantir la bonne tenue de ce processus essentiel au renouvellement des modalités d’organisation de la société chilienne.

D’autre part, rompre définitivement avec l’héritage et les pratiques de la dictature suppose aussi de faire toute la lumière sur les violations des droits de l’homme perpétrées au cours du dernier mandat de Sebastian Pinera, qui s’est caractérisé par une répression massive des mobilisations sociales. De ce point de vue, l’élection de Boric représente une source d’espoir pour les familles des victimes qui attendent qu’un important travail de justice soit engagé.

Si le Chili est ainsi en passe d’écrire une nouvelle page de son histoire, il est tout de même nécessaire de préciser que le nouveau gouvernement devra tout de même faire face à un certain nombre de contraintes, en particulier le fait de devoir composer avec un Parlement fragmenté. En effet, il se trouve qu’en parallèle du premier tour du scrutin présidentiel, se tenaient également des élections parlementaires destinées à renouveler simultanément les deux chambres du Congrès chilien, à savoir la Chambre des députés et le Sénat. Or, c’est la coalition Chile Vamos qui a remporté la majorité des sièges, obtenant 53 députés et 22 sénateurs. La coalition Apruebo Dignidad ayant obtenu 37 députés et 5 sénateurs, elle devra donc négocier avec le Nouveau Pacte Social, coalition de centre-gauche disposant également de 37 députés, ainsi que de 17 élus au Sénat, afin d’adopter la majorité des réformes envisagées.

Toujours est-il que, pour paraphraser Salvador Allende, les avenues où passera l’homme libre se sont ouvertes en vue d’engager un processus de transformation sociale au Chili, mais également à l’échelle régionale. En effet, l’élection de Boric vient renforcer une dynamique régionale caractérisée par l’accession au pouvoir de mouvements de transformation sociale dans un certain nombre d’États latino-américains, à l’image des élections d’Alberto Fernandez en Argentine en 2019, de Luis Arce en Bolivie en 2020 ou encore, de Pedro Castillo au Pérou cette année. Le fait qu’un pays historiquement marqué par le néolibéralisme bascule à gauche permettra à coup sûr de renforcer le processus engagé par le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador qui a réuni l’ensemble des dirigeants latino-américains au mois de septembre 2021 à l’occasion du VIe sommet de la Communauté d’États latino-américains et Caraïbes (CELAC) en vue de promouvoir une forme d’intégration régionale qui constitue un contrepoids aux intérêts défendus par les États-Unis au sein du continent sud-américain.

Le spectre de la réaction plane sur le Chili

Dimanche 21 novembre se tenaient les élections présidentielles et législatives chiliennes. Si la gauche emporte la majorité absolue au Parlement, le candidat de la réaction ordo-libérale nostalgique de Pinochet est arrivé en tête du scrutin présidentiel.

Depuis bientôt trois ans, le Chili connaît une révolution démocratique et sociale qui met à mal l’héritage du dictateur Augusto Pinochet. La répression n’est jamais venue à bout des grèves et des manifestations qui ont secoué le pays en 2019. Un référendum a confirmé la volonté populaire d’en finir avec la constitution écrite par Pinochet, et les élections de l’Assemblée constituante avaient privé la droite de sa minorité de blocage, tandis que la gauche radicale et les indépendants issus des mouvements sociaux dépassaient pour la première fois la coalition de centre-gauche des socialistes et des chrétiens démocrates.

Engluée dans des affaires de corruption et ayant perdu toute légitimité, la droite conservatrice au pouvoir est allée d’échec en échec, et n’apparaît plus en mesure de maintenir le statu quo libéral.

Après de deux années d’élan progressiste, les forces héritières du système Pinochet ont confié leurs intérêts dans les mains du candidat d’extrême droite

Pourtant, les élections d’hier semblent montrer un essoufflement de l’élan progressiste à l’œuvre au Chili depuis 2019. José Antonio Kast, candidat d’extrême-droite, défenseur forcené de Friedman et partisan de la répression contre les peuples autochtones, arrive en tête avec presque 28% des voix, alors qu’il n’en avait obtenu que 8% aux dernières élections présidentielles. La force de sa campagne est d’avoir réussi à avoir enrobé la réaction dans un discours qui promettait autre chose que le maintien de l’infrastructure juridique de l’ère Pinochet. Plutôt que de défendre un statu quo libéral, il a proposé de l’étendre et de confier encore plus de pouvoir au marché. Un désastre social en perspective, mais un succès politique pour un camp jusque-là tétanisé. Il était aussi le seul candidat à défendre le maintien du système de retraites par capitalisation intégralement confié au secteur privé, même la droite conservatrice promettait de réformer le système.

Cette réaction économique est associée à une opposition farouche au droit à l’avortement et au mariage homosexuel. Dans un pays encore fortement marqué par le cléricalisme, cette double réaction, associée à un faible de taux de participation des classes populaires, a permis l’émergence d’un candidat marginal il y a encore quelques mois.

À l’autre bout du champ politique, Gabriel Boric, figure centrale des mouvements contestataires de ces dernières années, obtient 25% des voix. Soutenu par la coalition construite autour des communistes et de la gauche radicale Apruebo Dignidad, il réussit à se qualifier pour le second tour, ayant fait une campagne diamétralement opposée à celle de M. Kast : instauration de l’État-providence, nationalisations, hausse des salaires, impôts progressifs, défense de l’avortement et du mariage homosexuel, et règlement pacifique de la contestation des autochtones Mapuche.

Gabriel Boric, figure centrale des mouvements contestataires chiliens, porte sur ses épaules les derniers espoirs du camp du progrès

Les deux partis qui ont structuré la vie politique chilienne depuis le retour de la démocratie, la coalition de droite conservatrice Chile Vamos et celle des socialistes et chrétiens démocrates « Unité Constituante », étaient respectivement représentés par Sebastian Sinchel et Yasna Provoste. Ils s’effondrent tous les deux autour de 12% des voix, incapables de trouver une dynamique politique parce que n’ayant pas renouvelé leur discours, défense du statu quo libéral pour les premiers, mesures d’accompagnement du capitalisme pour les seconds.

L’économiste Franco Parisi, libéral, réussit à les dépasser tous deux et obtient 13% des suffrages. Contrairement aux autres libéraux Kast et Sinchel, il a inscrit sa campagne non pas en réaction au mouvement social, mais dans sa continuité, se présentant comme un candidat anti-système.

Au parlement, toutefois, la gauche dispose d’une courte majorité. Avec 79 sièges cumulés à l‘assemblée nationale, elle devance la droite qui n’en obtient que 74. Il n’y a toutefois pas de quoi se réjouir démesurément. La coalition radicale Apruebo Dignidad et celle des modérés « Unité Constituante » sont à égalité, avec 37 sièges chacun. Ils devront composer avec les verts, qui obtiennent deux sièges, et le parti humaniste, qui en obtient trois.

À droite, si les présidentielles ont été catastrophiques pour la droite conservatrice traditionnelle, les élections législatives ont en revanche été moins dévastatrices. Chile Vamos reste majoritaire, avec 53 sièges, tandis que le Frente Social Cristiano de J. A. Kast obtient 15 députés, et le Partido de la Gente de F. Parisi en obtient 6.

Les indépendants, grands vainqueurs des élections constituantes, sont cette fois-ci balayés, et n’obtiennent que deux sièges.

Ainsi, le formidable élan populaire constaté depuis bientôt trois ans semble encorné. Si la plupart des partis de gauche ont déjà appelé à voter pour Gabriel Boric, les chrétiens-démocrates, composante majeure de la coalition de centre-gauche formée avec les socialistes, n’ont pas encore pris de décision. Une potentielle coalition au Parlement, en l’absence d’un bloc de gauche uni aux présidentielles face à l’extrême droite, sera difficile à constituer. À droite, si les conservateurs soutiennent J. A. Kast, les libéraux et F. Parisi n’ont pas encore fait état de leur choix.

Quelle que soit l’issue du scrutin présidentielle, les Chiliens font face à un avenir politique incertain

Le Chili est à la croisée des chemins. Le 19 décembre, le peuple chilien devra choisir entre un candidat qui rejette en bloc le mouvement social, et un candidat qui en est issu. Dans cette polarisation extrême, l’attentisme des centristes ne fait que confirmer le rejet général de la classe politique.

Des questions plus inquiétantes restent posées. Que ferait l’armée, qui n’a jamais eu à répondre des crimes commis à l’époque de Pinochet, en cas de victoire de la gauche ? Comment réagiraient les forces sociales en cas de victoire de l’extrême droite ? Quelle attitude adopteront les États-Unis, dont l’ingérence dans la politique chilienne est coutumière ?

Le chemin reste long vers la République sociale au Chili, mais il existe.

Chili : les héritiers de Pinochet sombrent dans la répression

Fin 2019, le gouvernement chilien de Sebastian Piñera avait connu des semaines de mobilisation populaire contre l’augmentation du prix des transports publics. L’opposition à la décision du gouvernement avait évolué en une contestation généralisée du régime issu du compromis de 1989, entre partisans de Pinochet et démocrates. Face aux millions de manifestants qui ne reculaient pas devant la répression – qui avait entraîné une vingtaine de morts – le gouvernement n’avait eu d’autre choix que de céder et d’accorder un référendum constitutionnel.

Dimanche 25 octobre, les Chiliens exerceront leur souveraineté et voteront pour décider si une nouvelle constitution doit être adoptée, et le cas échéant si elle doit être proposée par une assemblée constituante ou par une commission mixte composée pour partie de membres du Parlement actuel. La constitution en vigueur, rédigée sous la dictature du général Pinochet, laisse peu de droits aux citoyens et grave dans le marbre les principes néolibéraux des Chicago Boys, les économistes américains qui soutenaient et conseillaient Pinochet et ont appauvri le peuple chilien.

La contestation populaire contre cet héritage de la dictature ne faiblit pas, et les enquêtes d’opinion indiquent un soutien massif au changement de constitution. Face à ce moment démocratique et populaire qui rappelle, dans une certaine mesure, la période d’espérance qui avait accompagné le gouvernement d’Union Populaire de Salvador Allende, le pouvoir et la bourgeoisie chiliens ont conservé des relents répressifs violemment anti démocratiques. La police chilienne s’en prend aux manifestants avec une violence intensive, en témoigne la photographie du manifestant de 16 ans gisant au sol qui circule dans les médias et sur les réseaux sociaux, et qui accentue la contestation d’un gouvernement qui n’a plus aucune légitimité populaire.

La Gauche Républicaine et Socialiste apporte son soutien aux manifestants chiliens et condamne la réponse répressive donnée par le gouvernement Piñera.

Nous avons besoin de vous !

Quelles que soient vos compétences, si vous touchez votre bille en droit, en bricolage, si vous aimez écrire, si vous êtes créatif… vous pouvez prendre part à des actions et ateliers près de chez vous ou encore nous envoyer vos vidéos, vos dessins pour des affiches etc.