Le spectre de la réaction plane sur le Chili

Dimanche 21 novembre se tenaient les élections présidentielles et législatives chiliennes. Si la gauche emporte la majorité absolue au Parlement, le candidat de la réaction ordo-libérale nostalgique de Pinochet est arrivé en tête du scrutin présidentiel.

Depuis bientôt trois ans, le Chili connaît une révolution démocratique et sociale qui met à mal l’héritage du dictateur Augusto Pinochet. La répression n’est jamais venue à bout des grèves et des manifestations qui ont secoué le pays en 2019. Un référendum a confirmé la volonté populaire d’en finir avec la constitution écrite par Pinochet, et les élections de l’Assemblée constituante avaient privé la droite de sa minorité de blocage, tandis que la gauche radicale et les indépendants issus des mouvements sociaux dépassaient pour la première fois la coalition de centre-gauche des socialistes et des chrétiens démocrates.

Engluée dans des affaires de corruption et ayant perdu toute légitimité, la droite conservatrice au pouvoir est allée d’échec en échec, et n’apparaît plus en mesure de maintenir le statu quo libéral.

Après de deux années d’élan progressiste, les forces héritières du système Pinochet ont confié leurs intérêts dans les mains du candidat d’extrême droite

Pourtant, les élections d’hier semblent montrer un essoufflement de l’élan progressiste à l’œuvre au Chili depuis 2019. José Antonio Kast, candidat d’extrême-droite, défenseur forcené de Friedman et partisan de la répression contre les peuples autochtones, arrive en tête avec presque 28% des voix, alors qu’il n’en avait obtenu que 8% aux dernières élections présidentielles. La force de sa campagne est d’avoir réussi à avoir enrobé la réaction dans un discours qui promettait autre chose que le maintien de l’infrastructure juridique de l’ère Pinochet. Plutôt que de défendre un statu quo libéral, il a proposé de l’étendre et de confier encore plus de pouvoir au marché. Un désastre social en perspective, mais un succès politique pour un camp jusque-là tétanisé. Il était aussi le seul candidat à défendre le maintien du système de retraites par capitalisation intégralement confié au secteur privé, même la droite conservatrice promettait de réformer le système.

Cette réaction économique est associée à une opposition farouche au droit à l’avortement et au mariage homosexuel. Dans un pays encore fortement marqué par le cléricalisme, cette double réaction, associée à un faible de taux de participation des classes populaires, a permis l’émergence d’un candidat marginal il y a encore quelques mois.

À l’autre bout du champ politique, Gabriel Boric, figure centrale des mouvements contestataires de ces dernières années, obtient 25% des voix. Soutenu par la coalition construite autour des communistes et de la gauche radicale Apruebo Dignidad, il réussit à se qualifier pour le second tour, ayant fait une campagne diamétralement opposée à celle de M. Kast : instauration de l’État-providence, nationalisations, hausse des salaires, impôts progressifs, défense de l’avortement et du mariage homosexuel, et règlement pacifique de la contestation des autochtones Mapuche.

Gabriel Boric, figure centrale des mouvements contestataires chiliens, porte sur ses épaules les derniers espoirs du camp du progrès

Les deux partis qui ont structuré la vie politique chilienne depuis le retour de la démocratie, la coalition de droite conservatrice Chile Vamos et celle des socialistes et chrétiens démocrates « Unité Constituante », étaient respectivement représentés par Sebastian Sinchel et Yasna Provoste. Ils s’effondrent tous les deux autour de 12% des voix, incapables de trouver une dynamique politique parce que n’ayant pas renouvelé leur discours, défense du statu quo libéral pour les premiers, mesures d’accompagnement du capitalisme pour les seconds.

L’économiste Franco Parisi, libéral, réussit à les dépasser tous deux et obtient 13% des suffrages. Contrairement aux autres libéraux Kast et Sinchel, il a inscrit sa campagne non pas en réaction au mouvement social, mais dans sa continuité, se présentant comme un candidat anti-système.

Au parlement, toutefois, la gauche dispose d’une courte majorité. Avec 79 sièges cumulés à l‘assemblée nationale, elle devance la droite qui n’en obtient que 74. Il n’y a toutefois pas de quoi se réjouir démesurément. La coalition radicale Apruebo Dignidad et celle des modérés « Unité Constituante » sont à égalité, avec 37 sièges chacun. Ils devront composer avec les verts, qui obtiennent deux sièges, et le parti humaniste, qui en obtient trois.

À droite, si les présidentielles ont été catastrophiques pour la droite conservatrice traditionnelle, les élections législatives ont en revanche été moins dévastatrices. Chile Vamos reste majoritaire, avec 53 sièges, tandis que le Frente Social Cristiano de J. A. Kast obtient 15 députés, et le Partido de la Gente de F. Parisi en obtient 6.

Les indépendants, grands vainqueurs des élections constituantes, sont cette fois-ci balayés, et n’obtiennent que deux sièges.

Ainsi, le formidable élan populaire constaté depuis bientôt trois ans semble encorné. Si la plupart des partis de gauche ont déjà appelé à voter pour Gabriel Boric, les chrétiens-démocrates, composante majeure de la coalition de centre-gauche formée avec les socialistes, n’ont pas encore pris de décision. Une potentielle coalition au Parlement, en l’absence d’un bloc de gauche uni aux présidentielles face à l’extrême droite, sera difficile à constituer. À droite, si les conservateurs soutiennent J. A. Kast, les libéraux et F. Parisi n’ont pas encore fait état de leur choix.

Quelle que soit l’issue du scrutin présidentielle, les Chiliens font face à un avenir politique incertain

Le Chili est à la croisée des chemins. Le 19 décembre, le peuple chilien devra choisir entre un candidat qui rejette en bloc le mouvement social, et un candidat qui en est issu. Dans cette polarisation extrême, l’attentisme des centristes ne fait que confirmer le rejet général de la classe politique.

Des questions plus inquiétantes restent posées. Que ferait l’armée, qui n’a jamais eu à répondre des crimes commis à l’époque de Pinochet, en cas de victoire de la gauche ? Comment réagiraient les forces sociales en cas de victoire de l’extrême droite ? Quelle attitude adopteront les États-Unis, dont l’ingérence dans la politique chilienne est coutumière ?

Le chemin reste long vers la République sociale au Chili, mais il existe.