Programme de la GRS pour 2022

Nous n’avons pas renoncé à changer la vie !

Nous n’avons pas renoncé à changer la vie. En ces temps de désenchantement démocratique et de recul du militantisme politique, cette profession de foi peut paraître aussi immodeste qu’irréaliste.

Les urgences sont là, spectaculaires et tragiques : réchauffement climatique, inégalités sociales, bouleversements géopolitiques. Nos réponses doivent être à la hauteur des défis.

La préparation des élections présidentielle et législatives s’inscrit dans cette perspective politique. Il n’est pas trop tard pour engager la France et l’Europe dans cette grande bifurcation dont nous dessinions les contours lors de la fondation de notre mouvement il y a maintenant deux ans. Il n’est pas trop tard mais il y a peu de temps à perdre. Or le quinquennat qui s’achève nous en a fait perdre.

Que restera-t-il du macronisme ? Un grand mouvement social, celui des « Gilets Jaunes », provoqué par une des mesures iniques qui ont fait la marque de fabrique de ce gouvernement. La gestion calamiteuse d’une crise sanitaire inédite, à grand coups d’improvisations, d’ordres et de contre-ordres, qui a exacerbé l’angoisse des Français. Une série de mesures en faveur des plus riches au moment où le pays tout entier devait son salut aux travailleurs de l’ombre, mal payés et mal considérés.

Pour ceux qui ont fait mine d’y croire, les illusions de 2017 se sont rapidement dissipées. Un gouvernement « ni de gauche, ni de gauche ». Un candidat prétendument « rempart contre l’extrême droite » qui a fait peu de cas des libertés publiques. Un président incapable de s’élever à la hauteur de l’intérêt général. Bref, en 2022, il faut tourner la page de l’expérience macroniste.

Aussi improbable que cela puisse paraître, nous pensons qu’une majorité de gauche peut emporter la bataille électorale qui vient. Pour cela, nous continuons de plaider en faveur de la stratégie de « Nouveau Front Populaire ».

Au service de celle-ci, il faut un programme susceptible de répondre aux aspirations des Français que nous prétendons représenter, à commencer par les classes populaires qui subissent les crises de plein fouet.

Un programme qui permette de préparer l’avenir, d’anticiper les mutations, et qui propose des solutions pour en contrôler le cours.

Un programme qui prenne en compte les priorités du moment : la réparation de la France après l’une des plus graves crises de notre histoire en temps de paix ; le redressement de notre économie et de nos services publics après des décennies de purge libérale. La restauration de la maîtrise collective de notre destin commun.

Objectif numéro 1 : une France qui protège et qui soutient – page 6

Les terribles années 2020 et 2021 ont été précédées par une offensive brutale contre les piliers de notre modèle social : le droit du travail, l’hôpital, la SNCF, l’assurance-chômage, les retraites, … les Français ont été mis à rude épreuve. Les libertés publiques elles-mêmes ont fait l’objet d’inquiétantes remises en cause, avec l’accumulation des états d’urgence. Éradiquer la pauvreté, rétablir la justice sociale et fiscale, assurer la tranquillité publique : les chantiers sont immenses.D’où l’urgence de se rassembler autour du projet de la République Sociale, où la puissance publique retrouvera les moyens d’exercer son rôle essentiel de protection des Français, de soutien à nos compatriotes les plus fragiles et de construction d’une société plus fraternelle.

Objectif numéro 2 : Une France qui crée et qui innove – page 28

L’économie devrait être au service des hommes, mais elle les a mis à son service. La France a souffert des politiques absurdes imposées par les ravis de la mondialisation heureuse, communiant dans le culte de la globalisation financière et du libre-échange généralisé.

Les deux grandes crises économiques du début du siècle ébranlent les certitudes des libéraux. Il faut s’engouffrer dans la brèche. La France, durement éprouvée par les privatisations et les délocalisations, a suffisamment de ressources, de savoir-faire, de travailleurs formés, pour (re)devenir une puissance industrielle indépendante et compatible avec l’urgence de la transition écologique.

Objectif numéro 3 : Une France qui maîtrise son destin – page 50

Au moment où des multinationales n’ont que faire des États, des frontières et des règles, et rêvent tout haut d’entreprises sans usine et de marché sans entrave ; au moment où de nombreux dirigeants s’affranchissent de l’avis des peuples ou construisent sans eux, voire contre eux, des politiques injustes, la belle et grande idée de souveraineté recouvre toute sa pertinence.

Les citoyens veulent reprendre le contrôle : nous proposons de les y aider. Renouer avec l’exigence républicaine d’une instruction de qualité, de l’accès à la culture pour tous, de la démocratisation de nos institutions, c’est évidemment possible.

L’indépendance est la condition de notre liberté de choix et de notre sécurité. Une France souveraine et une Europe puissance sont les outils indispensables pour desserrer l’étau entre les deux grandes puissances, nouer des partenariats (Russie, Inde, Indonésie, grands pays africains…), promouvoir un nouveau modèle de développement hors pétrole, protéger les biens communs (terres rares, biodiversité, eau, espace …), lutter contre l’islamisme radical, imposer et contrôler les géants du numériques.

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.

Égalité : une fois de plus Macron produit l’inverse de ce qu’il dit

L’égalité femme homme devait être la grande cause du quinquennat … et bien c’est hélas raté car le constat est sans appel. Depuis 2018, les inégalités salariales se sont accrues, et ce bien avant la crise du Covid. Elles ont encore augmenté en 2020 et de 2021. Alors qu’elles avaient timidement commencé à se réduire (à un rythme bien trop lent), c’est tout l’inverse que nous constatons avec la mise en œuvre de la politique conduite par Emmanuel Macron. L’écart moyen est remonté de 15,5 à 16,5%.

Il faut désormais des actes. Plusieurs décisions s’imposent :

  • La première est une revalorisation forte du SMIC car 59,3% des salariés du secteur privé au SMIC sont des femmes. De ce point de vue, la proposition d’Arnaud Montebourg d’augmenter le SMIC immédiatement de 10% est un point d’appui important.
  • Mais il faut aussi revaloriser des métiers à dominante féminine et qui sont apparus plus encore avec la pandémie comme essentiels : infirmières, aides soignantes et métiers du lien, du service, de l’agro-alimentaire, de la grande distribution, enseignants, etc.
  • Il faudra enfin renforcer l’exigence de l’index égalité dans les entreprises et favoriser la parité dans les postes de direction des grandes entreprises et dans l’encadrement…

Arnaud Montebourg propose des négociations par branches pour engager ces revalorisations et si ces dernières n’aboutissent pas, alors le gouvernement prendrait ses responsabilités pour assurer cette juste revalorisation. Il faudra assurer ce même mouvement dans la fonction publique où l’abandon du gel du point d’indice doit nécessairement s’accompagner d’un rattrapage du pouvoir d’achat des salariés du public.

Voilà des mesures que la Gauche Républicaine et Socialiste veut promouvoir dans la campagne qui s’ouvre pour l’élection présidentielle.

Évidemment cela ne suffira pas mais donnerait un coup d’accélérateur pour inverser ces dérives depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron.

Les Jeunes n’ont pas besoin d’une mesure électoraliste mais d’une véritable politique de l’emploi

Emmanuel vient d’annoncer ce matin sur son compte facebook le lancement le 1er mars 2022 du Contrat Engagement Jeune qu’il avait promis le 12 juillet dernier pour mettre un terme aux appels croissant en faveur du RSA jeune. Concrètement, dès le 1er mars, tous les jeunes de moins de 26 ans qui, sans formation ni emploi depuis plusieurs mois, s’inscriront, pourront bénéficier de 15 à 20 heures d’accompagnement par semaine pour découvrir un métier, se former, trouver un apprentissage ou un emploi. Une allocation pouvant aller jusqu’à 500 euros par mois pourra être versée sous condition de revenus, d’assiduité et d’acceptation des offres d’activité faites. Notons au demeurant que cette « nouvelle » mesure n’est qu’une réutilisation du dispositif garantie jeune qui existe depuis 2017 ; d’autre part, le dispositif devrait concerner environ 500 000 jeunes de 16 à 25 ans par an alors que ce sont pourtant (en 2019) environ 1,5 million de jeunes âgés de 15 à 29 ans ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation (hors Mayotte).

Au-delà du fait qu’on pourrait s’étonner que ce soit le Président de la République qui se charge de cette annonce, plutôt que le ministre en charge du dossier, il y a quelque chose d’indécent chez le président de la République à multiplier ainsi les moments de communication politique en perspective de sa prochaine candidature à sa réélection : ainsi 4 mois et demi auront été nécessaires pour marketer l’habillage d’une mesure qui ne prendra corps que dans 5 mois au moment de l’entrée en campagne du candidat Macron. Le caractère électoraliste de l’annonce et de la mesure elle-même ne fait aucun doute : l’exécutif n’a jamais eu de scrupules, c’est à nouveau démontré.

Il a donc fallu une énergie intellectuelle débordante à l’État Macron pour échafauder une justification politique à la réfutation du RSA pour les jeunes et aboutir à un sous RSA soumis à conditions… à la condition que les futurs jeunes bénéficiaires démontrent qu’ils ne sont pas des tire-au-flanc consommateurs d’allocations. Emmanuel Macron continue à jouer du mépris avec le peuple français et les jeunes, à qui il disait voici peu de temps qu’il suffisait de traverser la rue pour trouver un emploi. Ainsi la logique macronienne c’est que, désormais, l’essentiel de la crise économique découlant de la crise sanitaire étant selon lui derrière nous, seuls les fainéants ne trouveraient pas d’emploi. Quand on veut, on peut… C’est la motivation principale (au-delà des exigences de la Commission européenne) de l’imposition aux forceps d’une réforme de l’assurance chômage qui va plonger des centaines de milliers de demandeurs d’emploi dans la misère. Et malgré toute l’introduction de sa publication facebook matinale de ce 2 novembre 2021, cela signe en réalité l’abandon de toute politique active de l’emploi depuis le début du quinquennat.

La Gauche Républicaine et Socialiste considère au contraire qu’il faut restaurer une politique de l’emploi digne de ce nom et qu’elle passera aussi par un large volet de création d’emplois publics.

La logique selon laquelle l’emploi privé serait une richesse et l’emploi public un coût, indépendamment de la valeur et de l’utilité sociale produites par les dits-emplois, est ici menée jusqu’à une conclusion qui défie le bon sens. La crise sanitaire a démontré jusqu’au bout l’absurdité de cette affirmation libérale, quand Élisabeth Borne avait réclamé que les remontées mécaniques restent ouvertes dans des stations de ski fermées pour maintenir les embauches qui étaient immédiatement placées en « chômage partiel »…

Les besoins sont immenses dans les hôpitaux, les écoles, les universités, la sécurité, les services sociaux, les prisons, la justice : or ces secteurs, où les personnels sont proches du burn out, ont le défaut d’appartenir au secteur public. Il n’est donc pas question de recruter, au-delà même de la question de la formation des professionnels. Mais à tout le moins pour le secteur médical, il serait possible de reprendre contact avec les personnels qui l’ont récemment quitté, qui se sont reconvertis ou qui préfèrent travailler par exemple en Allemagne ou en Suisse. L’éducation nationale a besoin de tuteurs pédagogiques pour assurer un meilleur soutien scolaire, ou de surveillants pour mieux encadrer les élèves, les réguler dans les cantines, etc. Surtout, l’urgence écologique et l’incapacité du privé à répondre seul à ses défis, nécessite de programmer des embauches publiques massives. La jeunesse, dont la sensibilité à ces enjeux est très forte, pourrait répondre à l’appel de la collectivité.

Les faiblesses du service public sont grandes, mais les dogmes austéritaires demeurent, comme si de rien n’était. L’un de ces dogmes, selon lequel le « vrai » emploi émanerait exclusivement du secteur marchand empêche de répondre efficacement à la crise. S’il est nécessaire d’aider les entreprises dont l’activité s’effondre, cela ne suffira pas à créer de l’emploi. Il faut donc aussi en créer dans le secteur public, là où sont les besoins. Le recrutement d’agents titulaires est nécessaire à moyen terme, notamment dans les administrations qui ont le plus souffert des réductions d’effectifs. Mais il faut aussi des emplois à court terme (CDD, contrats de mission) pour soulager au plus vite nos services publics, qui peinent à gérer la crise actuelle.

Créer des emplois publics, c’est aussi offrir des débouchés aux jeunes diplômés. Avant la crise sanitaire, le taux d’insertion à 18 mois des étudiants issus de l’université dépassait les 90%. En 2020, le nombre de postes ouverts aux personnes sans expérience a chuté de plus de 40%. En dépit de la qualité de leur formation, des centaines de milliers de jeunes risquent de ne pas pouvoir s’insérer professionnellement. Fin 2020, seuls 54% des diplômés de l’année avaient trouvé un travail, un taux inférieur de 20 points à celui d’une année normale. Or, la situation risque de ne pas s’arranger en 2021, ce qui fait que toute une génération de diplômés risque de perdre les compétences acquises durant ses études en cumulant des années de galères, de petits boulots peu qualifiés et de chômage. Si l’on ne fait rien, plusieurs centaines de milliers de jeunes basculeront dans la précarité.

La gauche, qui milite pour étendre le RSA aux 18-25 ans, ne répond elle aussi que partiellement aux désirs d’insertion des jeunes. Il faut aller au-delà de la seule logique d’assistance financière. En plus des subventions au entreprises et des allocations aux ménages qu’il propose, l’État doit s’impliquer directement dans le secteur productif et engager un véritable plan d’embauches en direction des moins de 25 ans.

Voici donc les réponses que la Gauche Républicaine et Socialiste souhaite apporter aux jeunes de notre pays et les axes de la politique de l’emploi en direction de la jeunesse qu’elle soumet au débat public à l’orée des campagnes électorales présidentielle et législatives :

● Un véritable RSA jeunes pour pallier l’urgence de la situation, après les dégâts cumulés des politiques libérales et de la crise sanitaire. Mais nous savons que cela ne suffira pas à réaliser leur insertion ;
● Une allocation d’autonomie pour les jeunes en formation ;
● L’abrogation de la réforme d’assurance chômage ;
● Créer des postes et inciter au recrutement dans les secteurs d’avenir : emplois verts, emplois du soin, emplois du numérique… ;
● Mettre en place une garantie « premier emploi » s’appuyant sur les services publics, les associations et les entreprises avec versement du RSA au jeune pendant la première année d’emploi et prise en charge par l’employeur de l’écart entre RSA et SMIC pendant cette année ;
● Engager un vaste plan d’embauche des jeunes de moins de 25 ans dans le secteur public ;
● Mettre en place une garantie d’emploi, passant par un État employeur en dernier ressort des chômeurs de longue durée et la mise en œuvre effective d’un droit opposable ;
● Valider les années d’études, de stage, d’apprentissage et des périodes d’inactivité forcée dans le calcul des droits à retraite ;
● Créer une grille de rétribution des stages, évolutive en fonction de la durée du stage et du niveau de qualification du stagiaire, dont la base minimum aurait pour hauteur 50% du SMIC ;
● Faire bénéficier aux jeunes en alternance de la gratuité des frais d’inscription, des frais d’équipement, de scolarité et de transport et assurer une rémunération au minimum égale au SMIC.

Nous avons besoin de vous !

Quelles que soient vos compétences, si vous touchez votre bille en droit, en bricolage, si vous aimez écrire, si vous êtes créatif… vous pouvez prendre part à des actions et ateliers près de chez vous ou encore nous envoyer vos vidéos, vos dessins pour des affiches etc.