Éducation nationale : Nouveau pacte ou marché de dupes pour les enseignants ?

Dans une tribune publiée le 22 décembre dernier dans Le Monde et intitulée « Pourquoi nous devons réformer l’école », le ministre de l’éducation nationale Pap Ndiaye expose son action ministérielle et présente trois « exigences » :

  • amélioration du niveau des élèves ;
  • travail sur la mixité sociale ;
  • réflexion sur le fonctionnement de l’école.

Le ministre commence par un vibrant hommage à l’école, pilier républicain, et prétend mettre ses pas dans ceux de Jean Zay pour appeler à la double ambition d’une école humaniste et capable de répondre aux besoins du pays. Des réflexions sur les difficultés structurelles de l’Éducation nationale en France (manque de mixité sociale, crise du recrutement des professeurs, mauvaises performances des élèves français dans les enquêtes PISA…) émaillent son propos de plusieurs constats justes, qu’on désespérait de lire sous la plume d’un ministre d’Emmanuel Macron. Le ministre rappelle l’importance de la laïcité, déplore le « niveau qui baisse », prône le renforcement des savoirs fondamentaux, ciblés notamment sur les mathématiques et le français.

Nous jugerons sur pièce les propositions concrètes qu’il présentera pour mesurer l’ambition réelle du projet.

Le ministre aborde ensuite son troisième axe d’action, l’amélioration du fonctionnement de l’école, en proposant un « nouveau pacte » aux enseignants.

Et là se profile une petite musique déjà trop entendue… Le ministre met au cœur de sa critique « environ quinze millions d’heures d’enseignement » perdues chaque année par les élèves, péché originel qui semble la cause de tous les maux. Ces pertes d’heures seraient dues selon lui à « l’incapacité du système à remplacer les professeurs absents » (éclair de lucidité).

Le « pacte » du Ministre se concentre en la formule suivante : travailler plus pour gagner plus ! Gagner plus, cela pourrait consister en la revalorisation du salaire des enseignants, promesse électorale, que le ministre évoque rapidement en disant qu’elle sera « importante » mais sans rentrer dans les détails. Jusque-là, il a surtout été question de revaloriser les débuts de carrière. Le ministre omet dans sa tribune de parler de la perte de pouvoir d’achat des professeurs français depuis 40 ans et n’insiste pas sur l’indispensable rattrapage du retard salarial qui fait des enseignants français les plus mal payés en Europe occidentale : rien sur la revalorisation du point d’indice, rien sur les conditions d’exercice de plus en plus difficiles qui découragent les vocations… Non, il propose aux professeurs de gagner plus en leur proposant tout simplement d’assurer encore de nouvelles missions et donc de faire davantage d’heures supplémentaires : « un changement structurel grâce à un nouveau pacte avec les professeurs qui, par l’évolution de leurs missions, pourront mieux accompagner chaque élève, assurer des remplacements de courte durée, se former hors du temps d’enseignement, etc. » Que de choses on pourrait mettre ainsi dans cet “etc.”

L’essentiel du message est là : pour M. N’Diaye, les profs ne travaillent pas assez ! Pas qu’il n’y en a pas assez, pas que l’on peine à les recruter car le métier n’est plus attractif, pas qu’ils sont bien moins bien payés que leurs collègues allemands, italiens ou portugais… Non, le problème, c’est l’oisiveté des aux yeux de Pap Ndiaye semble être que chaque enseignant français. On est à des années lumières de la réponse au malaise du monde enseignant et à la crise majeure du recrutement.

Avec cette autre proposition phare : les enseignants sont invités désormais à se former… pendant leurs congés ! À quelle autre catégorie de salariés du public ou du privé proposerait-on cela ?

Cette première sortie médiatique d’un ministre assez discret depuis sa nomination est une provocation pour le monde enseignant.

Si effectivement des solutions doivent être trouvées pour remplacer un enseignant en congé maladie court ou en absence pour stage de formation professionnelle (puisque, d’un point de vue administratif, les enseignants ne sont remplacés – quand un remplaçant est disponible – que pour les absences de plus de 15 jours), pourquoi ne pas revenir sur les suppressions massives de postes de titulaires sur zones de remplacements qui ont eu lieu pendant le quinquennat Sarkozy ? Et pourquoi ne pas lancer un recrutement et pré-recrutement ambitieux des futurs enseignants, ainsi que l’amélioration de leur reconnaissance sociale (dont le salaire est un aspect essentiel) et de leurs conditions de travail ?

Le ministre aborde la question par le petit bout de la lorgnette et n’est pas loin de donner ici dans le “prof bashing“. Cela n’est pas à la hauteur et ne constitue pas une réponse à la crise d’attractivité du métier de professeur dont le ministre admet pourtant qu’elle est un problème majeur et qui s’est accentué sous le premier quinquennat d’Emmanuel Macron.

Par ailleurs, si l’exclusion des mathématiques hors du tronc commun du lycée décidée par Jean-Michel Blanquer a enfin été désavouée, le nouveau ministre n’est pas disposé à interroger les problèmes bien connus de la réforme du Bac, qui génère une dégradation de la relation pédagogique en Première et en Terminale ; et un stress considérable tant pour les enseignants que pour les élèves. Rien non plus sur la nécessité de développer une véritable politique d’aide à l’orientation des élèves vers le supérieur alors que l’affectation via Parcoursup est toujours aussi arbitraire et inégalitaire.

Il est urgent que le ministre change de regard. Face à cette situation si symptomatique du désintérêt d’Emmanuel Macron pour les services publics, la GRS réaffirme son soutien aux enseignants, l’importance de l’Éducation nationale pour tenir la promesse républicaine et la nécessité de donner la priorité à l’école publique pour viser la cohésion sociale et l’égalité des chances.

Nous avons besoin de vous !

Quelles que soient vos compétences, si vous touchez votre bille en droit, en bricolage, si vous aimez écrire, si vous êtes créatif… vous pouvez prendre part à des actions et ateliers près de chez vous ou encore nous envoyer vos vidéos, vos dessins pour des affiches etc.