Allocution présidentielle pour campagne électorale

Emmanuel Macron conjugue culot et indécence: cette allocution qui devait être consacrée à la recrudescence relative du COVID-19 a été le prétexte à vanter son bilan: 11 mn sur la #crisesanitaire 17 mn sur son bilan : une entrée en campagne aux frais du contribuable.

Concernant le chômage, soit Emmanuel Macron n’a aucune notion en mathématiques, soit il choisit ouvertement de mentir aux Français: on ne peut pas avoir « 3 millions de chômeurs » avec un « taux de 7% ». La France aurait-elle subitement la même population active que l’Allemagne?
En ce jour de grève du chômage par les volontaires du dispositif territoire zéro chômeur de longue durée, le président de la République a entamé un discours fleuve sur lequel il aborde la question du travail en prenant l’axe du contrôle et de la contrainte.
Tout d’abord en ciblant les jeunes, on peut saluer la volonté de formation, mais le contrat jeune existe déjà sous forme de garantie jeune et il serait insultant de faire croire que l’allocation n’est pas conditionnée à une formation, à une recherche recherche emploi …
Pour les plus âgés, Emmanuel Macron à continue en se félicitant delà réforme du chômage qui serait soi disant plus motivante pour un retour à l’emploi. Ceci alors même que le calcul est très défavorable au travailleur et surtout sans se poser la question des freins à l’emploi: qualification, rémunération, mobilité, garde d’enfant…
Enfin, sans surprise, le président a prône l’allongement du temps de travail ce qui est en contradiction avec les 2 précédents sujet à savoir l’accès à l’emploi et sans aucune considération de la pénibilité au travail. Nous dénonçons enfin cette idée fausse et indécente, ce mensonge odieux d’un représentant des classes possédantes selon lequel le chômage paie plus que le travail : Ça n’existe pas ! La réalité est le travail ne paie pas assez et que le chômage est une misère !

Mensonge encore un peu plus tard sur la lutte contre le COVID-19, car Emmanuel Macron ne peut pas dire que nous avons eu les vaccins très vite grâce à l’Europe, puisque Israël ou le Royaume-Uni les ont obtenus bien largement avant nous.

Emmanuel Macron ne parle donc que de travailler plus, mais jamais de faire contribuer le capital. En réalité, ce travail supplémentaire ne financera pas le modèle social, puisque le chômage est moins indemnisé et que les retraites baisseront s’il est réélu.
Reconquérir du terrain sur le Capital le mettre à profit pour créer des activités d’avenir, de l’emploi et des revenus pour les Français, c’est au contraire le projet que nous défendons dans le programme de la Gauche Républicaine et Socialiste et avec la candidature d’Arnaud Montebourg.
A contrario avec Emmanuel Macron , le travail supplémentaire financera le capital, les dividendes et l’évasion fiscale dont les plus riches sont depuis toujours les champions du monde! Non! La richesse doit financer le bien être collectif et la résilience climatique.