BENTELER AUTOMOTIVE MIGENNES : Maintien inconditionnel du site et des emplois industriels

Arnaud Montebourg est aujourd’hui, mardi 23 novembre en déplacement à Migennes dans l’Yonne pour défendre la lutte des 400 salariés de cette usine d’équipements automobiles, propriété de l’équipementier allemand Benteler. Nous demandons avec lui que le gouvernement agisse pour sauver le site industriel et ses 400 emplois. La société mère prétexte pour fermer le site des difficultés financières depuis 2007 et l’absence de repreneur : nous savons qu’il existe cependant des repreneurs et que l’Etat peut agir. Nous devons plus laisser défaire nos sites industriels et au contraire accompagner leur mutation.

Nos camarades du département de l’Yonne avaient réagi dès le lendemain de l’annonce de la fermeture du site par Benteler le 18 novembre 2021. Voici leur communiqué de presse :

« Hier, 18 novembre, les dirigeants du site icaunais de Benteler Automotive, équipementier automobile, a annoncé la fermeture de son usine icaunaise, provoquant une menace directe sur les 400 emplois locaux.
La Gauche républicaine et socialiste 89 soutient le mouvement de grève illimitée déclenché hier lors de l’annonce de cette terrible perspective ainsi que toute démarche unitaire organisée en vue de la défense de ce site.
Elle considère qu’il faut créer un front commun des élus et organisation politiques pour s’opposer à cette nouvelle étape de la désindustrialisation du département après la fermeture de SKF Avallon en mai dernier (près de 200 salariés).
Elle soutient un traitement de même nature que celui réservé à Ascoval dont la délocalisation vient d’être temporairement stoppée.
L’emploi industriel est une valeur centrale du redressement économique du territoire. Il doit être inconditionnellement défendu et développé. »

Ensemble, toujours mobilisés contre le SIDA

C’est la semaine internationale du dépistage du HIV, le 1er décembre, journée internationale de lutte contre le Sida, et cette année, cela fait 40 ans que la lutte contre le sida a démarré !

Cette lutte paye, car nous n’avons jamais été aussi proche de l’éradication de la maladie : grâce aux traitements, la charge virale est indétectable et le virus non transmissible.

Mais encore faut-il que les malades aient accès au traitement, et encore faut-il que les séropositifs connaissent leur statut sérologique.

Selon le Fonds mondial de lutte contre le sida, le Covid-19 a gravement perturbé l’accès aux systèmes de santé, aux tests de dépistage et aux traitements, auprès des personnes clés et vulnérables. Ainsi, en 2020, le dépistage du sida a globalement fléchi de 22%, retardant le début des traitements dans la plupart des pays.

Beaucoup trop de personnes ignorent qu’elles sont séropositives en France, pourtant plusieurs types de test de dépistages accessibles existent les TROD (Test Rapide d’Orientation Diagnostique) et autotest ou encore le dépistage au laboratoire sur ordonnance.

« Au labo sans ordo » est un dispositif expérimental à Paris et en région PACA en cours depuis juillet 2019. La prochaine loi de financement de la sécurité sociale devrait permettre son extension à tout le pays : ainsi le dépistage du SIDA gratuit et sans ordonnance en laboratoire sera possible à partir du 1er janvier 2022. A l’instar du dépistage du Covid-19, il suffira de se rendre en laboratoire avec sa carte vitale, de procéder au test VIH et les résultats seront disponibles sous 24 heures.

La Gauche républicaine et socialiste alerte sur la nécessité de multiplier les campagnes d’information, les dépistages, apporte tout son soutien aux associations et à tous les acteurs bénévoles mobilisés dans la lutte contre le sida, afin d’atteindre l’objectif de ONUSIDA d’éradiquer l’épidémie en 2030. La GRS appelle enfin à renforcer les moyens accordés aux structures sanitaires des pays les plus pauvres de la planète pour une réelle efficacité dans la lutte contre le SIDA.