Rendre leur place prioritaire à l’école républicaine et à l’éducation populaire

L’école française se trouve être en-deçà de ce qu’on pourrait en attendre en termes de niveau scolaire. Si l’on se réfère aux enquêtes récentes, les Français ont un niveau inférieur à la moyenne de l’OCDE et de l’Union Européenne en lecture et en mathématiques. Pour la cinquième puissance mondiale, ce score est catastrophique. Les résultats sont encore plus alarmants lorsqu’on s’intéresse aux inégalités scolaires et la situation semble s’empirer parallèlement à la baisse du niveau général. La France est un des pays où les inégalités scolaires sont les plus élevées. Plus d’un jeune sur dix a des difficultés de lecture et parmi eux, la moitié se trouve en situation d’illettrisme. Les résultats des élèves favorisés sont supérieurs de 50 points à ceux des défavorisés, soit deux années d’école ! Il faudra donner suffisamment de moyens aux établissements afin que le nombre d’élèves par classe soit maîtrisé et permette une approche pédagogique individualisée.

La situation professionnelle des professeurs en France est également un sujet prioritaire. Elle est inacceptable pour un pays qui compte parmi les plus riches du monde. Les salaires des professeurs français sont parmi les plus faibles d’Europe de l’ouest. Avec leurs 28 000€ bruts annuels en début de carrière en moyenne , les enseignants français gagnent 7% de moins que la moyenne de leurs collègues de l’OCDE (et 20% de moins en milieu de carrière !), très loin des standards allemand, norvégien ou danois (plus de 50 000 €/an) et ils sont aussi parmi ceux qui ont le moins augmenté dans les dernières années. Une grande partie des problèmes qui touchent l’école française est fortement liée avec cette précarisation grandissante des professionnels de l’Éducation nationale, à qui l’on délègue pourtant de plus en plus de missions – intégration, cohésion nationale, sentiment d’appartenance nationale – autrefois dévolues à d’autres institutions.

Les cours d’Éducation morale et civique se multiplient – une avancée louable – mais le sens de l’intérêt général, le sens national du commun se perdent. L’éducation à la République, au commun, la garantie du « vouloir vivre ensemble » doivent être prolongés au-delà de l’école par un effort massif sur le terrain : le camp laïque, le camp de la Raison et de la République doit se mobiliser pour recréer les conditions d’un puissant mouvement d’éducation populaire présent partout dans nos villes, dans nos quartiers et nos campagnes.

La Gauche Républicaine et Socialiste propose donc notamment :

  • plus que des mesures, un plan volontariste pour la mixité – là où la proposition Balsan échoue pour de mauvaises raisons dans Baron Noir, donnons les moyens de la réussite dans la réalité  ;
  • la revalorisation du métier d’enseignant par une hausse de salaire et par un recrutement sur le modèle des fonctionnaires-stagiaires dès l’entrée dans la formation ;
  • le tissage d’un « réseau républicain » de partenariats avec d’autres services publics et des organisations d’éducation pop pour insérer tous les enfants dans la vie du pays.

Éducation nationale : le nuage de fumée ne se dissipe pas

Jean-Michel Blanquer a présenté des « pistes » ce matin devant la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’assemblée nationale pour la reprise des élèves dans les établissements scolaires à partir du 11 mai. On notera qu’il ne s’agit que d’un plan provisoire, conditionné par l’évolution de la situation sanitaire et qu’un grand flou règne encore…

Le plus flagrant est que pour l’instant aucune précision n’a été donnée sur le plan des mesures de sécurité sanitaire qui accompagneraient cette rentrée, ni sur la restauration scolaire, les transports scolaires, les internats….

Nous continuons à exiger du Ministre de l’Education nationale des garanties sur les mesures sanitaires sans lesquelles une rentrée des élèves et des personnels dans les établissements ne saurait être envisagée , comme le souligne le texte commun signé et publié il y a quelques jours par l’intersyndicale de l’Education Nationale ainsi que par la fédération de parents d’élèves FCPE .

Les réponses se font toujours attendre.

Il est par ailleurs assez singulier que le ministre annonce dans le même temps qu’il donnerait le choix aux familles de mettre ou pas leurs enfants à l’école… Pour ceux qui ne viendraient pas à l’école, l’enseignement à distance se poursuivrait… Un professeur ne pouvant pas se dédoubler, il ne sera pas possible à la fois de faire de l’enseignement en présence et de continuer du télétravail…Bref, beaucoup de questions qui demeurent encore en suspens quant à des annonces qui restent à l’état de brouillon !

Nous avons besoin de vous !

Quelles que soient vos compétences, si vous touchez votre bille en droit, en bricolage, si vous aimez écrire, si vous êtes créatif… vous pouvez prendre part à des actions et ateliers près de chez vous ou encore nous envoyer vos vidéos, vos dessins pour des affiches etc.