Européennes 2019 : Appel des élus locaux à voter pour la liste de la France Insoumise

Les traités européens qui se sont empilés depuis plus de 30 ans fonctionnent exclusivement selon une logique libérale et austéritaire. Cette orientation impacte lourdement nos collectivités et leurs habitants.

Le carcan des 3% de déficit a entraîné des baisses drastiques de dotations de l’Etat pour les collectivités (moins 10 milliards entre 2012 et 2017 !), réduisant considérablement leurs budgets au détriment des habitants, des investissements d’avenir et de l’entretien des équipements et infrastructures de proximité.

La « concurrence libre et non faussée » a affaibli les services publics et rompu l’égalité républicaine dans de nombreux territoires. Partout la compétition accroît les inégalités, particulièrement dans les banlieues et les territoires ruraux.
Le dumping fiscal et social a favorisé les délocalisations qui privent nos concitoyens de leurs emplois et contribuent à désindustrialiser et dévitaliser notre pays.

L’injonction des institutions européennes à la constitution des grandes régions et des métropoles a éloigné les habitants de leurs élus et affaibli leurs capacités à agir dans les territoires ruraux et périurbains.

Alors que nous aurions pu attendre des politiques fortes pour la transition écologique et un nouveau mode de développement, l’Union européenne maintient une politique agricole productiviste et chimique. Elle reste inféodée au capitalisme financier qui mène l’humanité à la catastrophe écologique et sociale.

Il est désormais clair que nous ne répondrons pas aux attentes de nos concitoyens sans rompre avec les traités de l’Union Européenne.

Face aux lobbies, aux multinationales et à la technostructure euro-libérale, nous avons besoin d’eurodéputés de combat au Parlement européen, pour défendre l’intérêt général, la souveraineté populaire, le progrès social et la transition écologique.
C’est pourquoi nous, élus locaux, appelons à voter aux élections européennes du 26 mai 2019 pour une Europe enfin au service des peuples !

FABRIQUÉ EN FRANCE #5 / POUR LUTTER CONTRE LA CONTREFAÇON

Chaque année, la contrefaçon fait perdre 60 milliards d’euros aux citoyens européens. Pour parler de ce sujet préoccupant, Emmanuel Maurel s’est rendu dans l’usine Tolix en Saône-et-Loire.

Fabricant de mobilier design, l’entreprise produit des modèles de chaises et de tabourets devenus iconiques, dont les copies se vendent partout dans le monde. Pour protéger le savoir-faire français, il est essentiel de lutter contre ce fléau.

 

Lire la vidéo

Carnet de campagne, retour sur une semaine de marche

C’est entendu, la marche est à la mode. Je ne parle pas là de politique : les essais et autres témoignages fleurissent sur l’art de se déplacer à pieds, éloges d’une mobilité non polluante, non violente et parfaitement accessible (il suffit de savoir « mettre un pied devant l’autre »).

à GIVRY

A Givry

Les sceptiques et les blasés y verront un plaisir d’urbains en manque de chlorophylle et d’air pur. Mais les bienveillants, les convertis et les pratiquants savent que la marche à pied est un exercice intellectuel (osons écrire spirituel) autant qu’un effort physique. Pas seulement parce que, du cerveau oxygéné, elle mobilise des parties peu sollicitées. Mais surtout, elle implique une attention accrue à l’environnement immédiat (odeurs, bruits, végétation, faune), quand elle ne verse pas dans la contemplation pure et simple.

Marcher, c’est éprouver charnellement le « sentiment géographique » du pays. C’est aussi, en accompagnant l’avènement chaotique du printemps (en l’occurrence souvent pluvieux et venteux), reprendre le dialogue avec la nature, mais en ressentant plus intensément sa pulsation et sa prodigalité. 
Il n’y a pas de honte a s’émerveiller devant le spectacle qu’elle offre. Nulle mièvrerie dans l’émotion qui étreint celui qui est sensible à la senteur de la terre après la pluie, ou à celle, presque écoeurante, de la glycine gorgée de rosée au moment où elle se réchauffe au soleil. Nulle sensiblerie dans l’exaltation qui naît de l’irrépressible poussée de la sève. Pour moi, c’est le plaisir simple d’identifier et d’énumérer à haute voix toutes ces fleurs des sous-bois et des haies qui éclaboussent de couleur le sol d’avril : orchidées sauvages, coucous, muguet, jacinthes des bois, anémones, ail des ours, pervenches, primevères, jonquilles, stellaires, véroniques des champs, etc…

Mais le choix de la marche à pieds est aussi politique. La lenteur, dans une société de l’accélération, est aussi « disruptive » que la notion de « gratuité » dans une économie de marché. En ce sens, la marche porte en elle une forme de résistance. 

À première vue, elle peut cependant paraître inadaptée à une campagne électorale moderne, à fortiori organisée sur tout le territoire national. Et, de fait, elle ne saurait se substituer à la présence numérique (réseaux sociaux), aux émissions audiovisuelles, aux grands meetings publics. En revanche, elle se marie parfaitement au militantisme traditionnel, et tout aussi indispensable : porte à porte, café-débat, tractage, collage.

Et elle a aussi le mérite de créer la surprise : voir débarquer dans un village relativement isolé un eurodéputé candidat à sa réélection,  une fois passée l’incrédulité (la tenue de randonneur y est pour beaucoup, surtout après l’averse), parfois teintée de sarcasme (« un Insoumis En Marche », « un candidat qui se mouille ») suscite l’intérêt pour un scrutin qu’on dit, à tort, éloigné des préoccupations quotidiennes. 

La discussion s’engage, à bâtons rompus, révélant le goût politique de cette France qu’on qualifie parfois de “périphérique” ou “d’en bas”, parce que ceux qui s’enorgueillissent d’être “d’en haut” ont fait mine d’ignorer la centralité de ses préoccupations. 

De ce point de vue, cette marche à travers la région Bourgogne Franche Comté, certes en temps et en espace réduits (180 kilomètres, 8 jours), aura été l’occasion d’en revenir aux fondamentaux. Mais aussi de raffermir la foi dans notre grande et belle nation. Chaque campagne électorale, qui implique de sillonner un territoire en long et en large, une occasion supplémentaire d’aimer son pays. Cela peut faire sourire, mais je n’ai pas le patriotisme honteux. Sur les chemins, dans les villes et villages façonnés par une histoire riche et tumultueuse, je sentais mon cœur plein de l’amour pour la France et son peuple. 

Des nombreuses rencontres, inopinées ou organisées, qui ont marqué cette mémorable semaine, il est possible de retracer rapidement l’esprit. 

Comment s’en étonner? La question des services publics occupe l’essentiel des conversations. On y parle de la Poste qui a fermé, du centre des impôts qui a déménagé, de la gare menacée. Mais c’est l’hôpital qui, dans les trois départements visités (Jura, Saône et Loire, Nièvre), cristallise inquiétudes et aspirations. Les personnels soignants rencontrés parlent de la difficulté d’assurer un service de qualité dans un contexte d’austérité budgétaire. Les usagers évoquent les services d’urgence démantelés, les maternités délocalisées (la Nièvre est particulièrement touchée) et la réalité de ce “désert médical” que les opportunes “maisons de santé départementales” ne sauraient combler. Quels que soient nos interlocuteurs, et quelles que soient leurs options politiques, c’est cette fracture sociale et territoriale qui suscite la plus vive réprobation. 

photo5915661235527987110 (1)

Défendre les Biens Communs, en promouvoir l’extension dans la sphère économique, voilà une des tâches militantes du moment.

D’où l’espoir d’une reprise en main de l’Etat. D’où, aussi le refus des privatisations dont chacun sait depuis longtemps déjà qu’elles ne se traduisent jamais par une amélioration de la qualité de service ou par une baisse des prix. C’est ce que nous avons voulu démontrer en nous rendant sur le barrage hydroélectrique de Panneciere, dans le Morvan, pour alerter sur les dangers de l’ouverture à la concurrence préconisée par la Commission Européenne. De tels équipements, financés sur fonds publics, seraient livrés au marché en vertu du bon vieux principe de la “socialisation des pertes et de la privatisation des profits”? C’est d’autant plus insupportable que dans le cas d’espèce, l’eau et l’énergie constituent d’incontestables Biens Communs. On sait ce que ce concept fécond recouvre. Défendre les Bien Communs, en promouvoir l’extension dans la sphère économique, voilà une des tâches militantes du moment. Pour celles et ceux qui seront demain les représentants de “Maintenant le Peuple” au Parlement Européen, la feuille de route est claire. 

 

Au barrage de Pannecière

Elle l’est tout autant sur les sujets industriels et commerciaux. On savait que la mondialisation ne faisait pas rêver. On constate que le libre-échange, véritable religion officielle de l’Union Européenne, suscite plus de circonspection et d’inquiétude que d’espoir. En réalité, chacun mesure l’absurdité de l’intensification des échanges commerciaux, notamment avec des pays très éloignés de notre continent, et les conséquences désastreuses pour l’environnement comme pour notre modèle social.

Pas besoin de grande démonstration pour faire le lien avec l’ampleur des délocalisations qui ont frappé notre pays, notamment dans le Nord et l’Est.

La région Bourgogne Franche Comté a payé un lourd tribut dans ce domaine. Raison de plus pour saluer les industriels qui continuent à faire le pari du “Fabriqué en France”.  À Autun (Saône et Loire), un exemple encourageant de revitalisation nous a été donné par l’entreprise Tolix, productrice de meubles design, à la qualité parfaite, prisés partout en Europe et même au-delà. Rescapée d’une liquidation en 2004, Tolix a renouvelé sa production en s’appuyant sur l’innovation et en écoutant les ouvriers, qui ont participé eux-mêmes à la rénovation de leur outil de travail. Reste que dans un environnement hyper concurrentiel, la pérennité de l’entreprise est menacée par la contrefaçon chinoise de qualité médiocre et à prix cassés. Une Europe au service des peuples et des États membres qui la composent ne saurait accepter ces pratiques indignes qui plagient notre créativité , volent nos savoir-faire et coûtent chaque années plusieurs milliards d’euros à un pays comme la France. 

photo5924946525325209824

Visite de l’usine Tolix à Autun

Relocalisation. Partout, le mot fait mouche. Autant par patriotisme économique que par lucidité devant les effets du « grand déménagement du monde ».

Protéger nos industries d’une concurrence déloyale. Recourir, en cas de besoin, à des aides d’Etat et à une réforme de la commande publique pour favoriser les entreprises nationales et européennes. Créer un environnement favorable à la relocalisation des productions. C’est là tout le sens du « protectionnisme solidaire » que la liste conduite par Manon Aubry ne cesse de promouvoir. 

Relocalisation. Partout, le mot fait mouche. Autant par patriotisme économique que par lucidité devant les effets du « grand déménagement du monde ». 

Et s’il y a bien un domaine où la dé-mondialisation s’avère nécessaire, c’est évidemment celui de l’agriculture. Dans chacun des départements traversés, nous avons visité des exploitations ayant anticipé la transition écologique. 

À Nance, une entreprise d’insertion a révélé le potentiel de création d’emplois des circuits courts : spécialisée dans la production locale de fruits et légumes de saison (également mis en conserves et transformés en succulentes confitures), elle ne cesse de se développer depuis sa création. 

photo5949670306996137689

à Nance chez Elan insertion

photo5913704899399495847

Les paniers bio d’Ouroux

photo5915547925700784280

Au domaine de la Monette à Mercurey

photo5918178550219911292

à Givry

photo5949670306996137687

Au Bletterans

photo5931487910840872724

Au centre de recherche de Bibracte à Glux-en-Glenne

A Ouroux-sur-Saône, un couple de maraîchers met en évidence la crédibilité d’une trajectoire de conversion à l’agriculture biologique, en termes de qualité des produits comme en termes de qualité de vie des paysans. 

Sur le domaine de Mercurey enfin, un viticulteur néerlandais chaleureux et savant,  engagé dans la lutte contre les pesticides en général et le glyphosate en particulier réalise un vin bio apprécié et reconnu. 

De nos longues discussions, à la fois techniques et politiques, émaillées de savoureuses anecdotes et riches en découvertes (me voilà initié aux mystère de la «  cramaillotte », fade gelée de fleurs de pissenlits), je ressors conforté sur la pertinence de notre programme en matière de transition écologique : bien-fondé de la fructueuse « règle verte », urgence d’une révolution agricole fondée sur la saisonnalité et la proximité, nécessité de la planification écologique. Il serait déplacé de conclure péremptoirement que tous ces échanges confirment nos thèses et nos propositions. Mais ils entrent en résonance avec nos convictions profondes. Dans ce vieux pays qu’est la France, la passion de l’égalité est intacte, tout comme l’est cet attachement ambivalent à l’Etat que nombre de commentateurs font mine de déplorer. Culturellement, les Français sont plutôt hostiles au libéralisme, et largement favorables à l’intervention de la puissance publique dans la vie économique. Je ne m’en plaindrais pas. 
Mais contrairement aux fadaises qu’on lit parfois ici ou là, cela n’empêche en rien que les initiatives individuelles ou collectives fleurissent. Dans cette portion de France qui se sent parfois délaissée, je suis rasséréné d’avoir rencontré autant de compatriotes entreprenants, tenaces, dévoués. 

Ici, dans un village (Givry),  c’est une poignée de passionnés, emmenés par un flûtiste aussi fantasque que brillant, qui crée, à partir de rien, un festival de musique internationalement reconnu (Musicaves). Là, à Chalon-sur-Saône, c’est une web télé associative, innovante et engagée.

Et puis il y a tous ces élus locaux, rencontrés au fil des étapes, qui, dans un contexte de défiance générale, et de baisse drastique des dotations aux collectivités, ne se contentent pas de gérer le quotidien, mais inventent, anticipent, se battent.  Leur dévouement force l’admiration. Et j’apprends à leur contact autant que dans les livres. A Bletterans, en sus de l’incontournable interrogation sur l’avenir de la gauche, ce sont d’âpres débats sur l’art des charpentes, sur l’architecture contemporaine, mais aussi le quotidien des paysans du Haut-Jura qui, en hiver, se transforment en lunetiers, en horlogers, en lapidaires. A Château-Chinon, un dîner joyeux pendant lequel, parmi mille et autres sujets, l’on évoque l’avenir de la forêt morvandelle et l’épineuse question de l’invasion des résineux. A Glux-en-Glenne, le maire raconte le lent cheminement du bois de chauffage qui, jeté en bûches libres au “Port des Lamberts”, est assemblé en radeaux à Clamecy pour être finalement acheminé, via l’Yonne, à Paris. René Blanchot, retraité de la SNCF, n’ a pas son pareil pour décrire le “suintement des eaux” qui, au printemps, voit les sentiers envahis par de minuscules sources qui vont grossir les ruisseaux, puis les rivières.

C’est d’ailleurs à cet élu cordial et engagé que je dois une des plus belles rencontres du périple. Invités à visiter le site de Bibracte, auquel sont consacrés, en contrebas, un musée magnifique et un centre de recherches de renommée mondiale (un des “grands travaux” du président Mitterrand, qui fit appel au grand architecte Faloci), nous nous laissons guider par le directeur de l’établissement public, Vincent Guichard, qui a la modestie et l’aménité des vrais savants. De la vieille cité des Eduens, dont César vante l’opulence dans la Guerre des Gaules, l’archéologue n’ignore rien. Mais c’est aussi l’occasion pour nous de revenir sur la vieille notion des “ancêtres” et le débat sur “l’idole des origines”, que l’historien Sylvain Venaire retrace magistralement dans un essai qui a fait date. (Note : Les origines de la France, quand les historiens racontaient la nation, Seuil, 2013). Jean-Luc Mélenchon, qui, avec ses camarades de lutte, s’est maintes fois rendu à l’oppidum de Bibracte, avait prononcé, sur site, un discours richement informé sur la question.

 

photo5949670306996137718

C’est Gabriel Amard, familier des lieux, avec qui nous empruntons le raidillon qui mène au Mont Beuvray, qui me le rappelle. Car tout au long de cette marche, j’ai eu la chance d’être rejoint par des colistiers et nombre de militants. Catherine Coutard, elle aussi, a fait l’ascension jusqu’au sommet du tertre où Vercingetorix aurait, pour un temps très court, réunifié les tribus gauloises.

En Bresse, c’est Laurence Lyonnais, accompagnée de la désormais mythique vachette en peluche répondant au doux prénom de Marguerite, qui nous emboîte le pas.

Avec l’ami Anthony Gratacos, nous faisons la route entre Saint Léger et Château-Chinon, où il est difficile de ne pas croire aux forces de l’esprit. Et puis il y a bien sûr les camardes Insoumis, celles et ceux de la GRS (Gauche Républicaine et Socialiste) qui nous ouvrent la voie. Je ne saurais les citer tous. 

Qu’il me soit permis cependant de remercier Bastien Faudot, conseiller départemental de Belfort, qui a illuminé de sa bonne humeur notre première journée. Et d’exprimer ma gratitude à Denis Lamard, conseiller régional, et aux amis bressans, qui ont largement contribué au succès de cette semaine.

Le premier mai, à Nevers, il faisait beau et la foule rassemblée, pacifique, majoritairement rouge et jaune, faisait plaisir à voir. J’y voyais comme un signe : il faut faire confiance au printemps qui advient. 

photo5949670306996137702
photo5913704899399495824

avec Laurence Lyonnais

bf

EN IMAGE / POINT D’ÉTAPE : UN AUTRE CHEMIN POUR L’EUROPE

Depuis le 24 avril, Emmanuel Maurel organise “Un autre chemin pour l’Europe”, une marche à travers la région Bourgogne-Franche-Comté à la rencontre des citoyennes et des citoyens de ce pays.

De Lons-le-Saunier à Nevers.

En une semaine, Emmanuel Maurel, député européen sortant en candidat de la GRS sur la liste de la France insoumise, traverse les départements du Jura, de la Saône-et-Loire et de la Nièvre.

Alternant les passages dans des paysages somptueux et les arrêts pour des événements politiques, Emmanuel Maurel rencontre de nombreux élus, militants associatifs, syndicalistes ou politiques, mais aussi des agriculteurs, des employés, des chefs d’entreprises ou des entrepreneurs.
Les sujets de discussion sont variés : agriculture bio, conditions de travail dans les EPHAD, insertion professionnelle, art et culture…

En chemin, Emmanuel Maurel a également reçu la visite de plusieurs camarades ; Anthony Gratacos et Catherine Coutard, tous deux candidats de la GRS présents sur la liste France Insoumise Mais aussi Laurence Lyonnais, originaire de la Bresse et Gabriel Amard également candidats sur la même liste aux élections européennes, Denis Lamard, Conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté, et Bastien Faudot, élu de Belfort et animateur national de la GRS, l’ont ainsi rejoint sur une partie du chemin.

et Gabriel Amard également candidats sur la même liste aux élections européennes, Denis Lamard

Dogme européen de la concurrence : contre la privatisation des bus RATP

Cette semaine les camarades parisiens de la GRS étaient mobilisés aux côtés de La France Insoumise pour informer les usagers et les citoyens de la privatisation à venir des lignes de bus de la RATP. Cette décision absurde est la conséquence de l’application aveugle du dogme européen de la concurrence libre et non faussée et de son corollaire l’État minimal.

Alors que l’impératif de la transition écologique impose plus que jamais le maintien d’un service public des transports de qualité, la privatisation des bus est un non-sens. Des lignes de bus soumises à un impératif d’efficacité et de rentabilité met en péril la qualité du service aux usagers, transformés en simples clients, avec la dégradation potentielle du service et la fermeture des lignes les moins rentables. Les premiers concernés seront les habitants des villes limitrophes.

Contre les privatisations aveugles et insensées, la solution c’est de voter pour la liste conduite par Manon Aubry le 26 mai prochain.

UN AUTRE CHEMIN POUR L’EUROPE – Suivez la marche d’Emmanuel Maurel !

Élections européennes du 26 mai 2019 : « Un autre chemin pour l’Europe ». Emmanuel Maurel part sur les chemins de Bourgogne-Franche-Comté à la rencontre des citoyens et citoyennes.

Emmanuel Maurel, candidat sur la liste de la France insoumise en 6ème position, fondateur du parti « La Gauche républicaine et socialiste », lance une action de campagne du 24 avril au 1er mai. Au départ de Lons-Le Saunier, le mercredi 24 avril, cette marche traversera les départements du Jura, de la Saône-et-Loire et de la Nièvre, en passant par notamment les communes de Chalon-sur-Saône, du Creusot et de Château Chinon avant de s’achever à Nevers, mercredi 1er mai.

Dans ces territoires frappés de plein fouet par les effets délétères de la mondialisation et le désengagement de l’État, mais qui recèlent aussi des savoir-faire inestimables, des fleurons de l’excellence française et une précieuse qualité de vie, Emmanuel Maurel rencontrera des élus, des syndicalistes, des exploitants agricoles, des entrepreneurs et des responsables associatifs.

Chaque étape sera consacrée à un enjeu politique :
– L’emploi et l’insertion
– Les services publics
– La santé
– La viticulture
– L’industrie
– Le patrimoine

Plusieurs candidats insoumis l’accompagneront : Anne-Sophie Pelletier, Laurence Lyonnais, Anthony, Gratacos, Catherine Coutard…
Vous trouverez le programme détaillé avec les différentes étapes dans le dossier de presse ci-après.

Meeting à Paris avec Emmanuel Maurel et Manon Aubry : salle comble !

Jeudi 18 avril, le tour de France des candidats de la liste pour les élections européennes menée par Manon Aubry continuait à Paris, dans le 13e arrondissement en présence de la tête de liste et d’Emmanuel Maurel, animateur national de la Gauche Républicaine et Socialiste et député européen.

 

Et le moins que l’on puisse dire c’est que les militants et citoyens avaient fait le déplacement pour voir nos candidats : une salle pleine comme un œuf, certains debout au fond ou assis sur des bancs de fortune sur les côtés.

 

Emmanuel Maurel a déroulé la liste des combats qui ont été les siens pendant ces 5 dernières années contre les traités de libre échange, emblème de la folie des libéraux : destructeurs pour nos emplois, notre économie et catastrophiques d’un point de vue environnemental ! La question de la souveraineté également a été abordée, souveraineté des peuples qui n’est que le synonyme de démocratie, cette même souveraineté bafouée en 2005 et dont il convient de réparer l’affront aujourd’hui en faisant de cette élection un référendum anti-Macron mais aussi anti-Juncker. C’est-à-dire un référendum pour dire « Non » à cette Europe ordo-libérale qui détruit nos services publics, ouvre nos frontières aux vents mauvais du dumping social, fiscal, de la concurrence déloyale Chinoise et « craint davantage le verdict des agences de notation que la colère des peuples » !

 

Après cette intervention, Manon Aubry est alors entrée en scène, dynamique et passionnée, développant sur ces sujets de prédilection comme l’évasion fiscale, expliquant son propre parcours politique et son envie de combattre à Bruxelles avec un commando de députés prêts à se battre sur tous les fronts pour tenir leur promesse d’être des députés au service du peuple. La soirée s’est achevée sous les applaudissements d’une salle visiblement impatiente de se rendre au bureau de vote le 26 mai prochain !

Rencontres avec Manon Aubry à l’occasion du Printemps de Bourges

Les camarades de la Gauche Républicaine et Socialiste étaient présents aujourd’hui à Bourges pour accueillir, sous le soleil, Manon Aubry, tête de la liste FI et GRS aux européennes ainsi que Christian Benedetti, directeur du théâtre-studio d’Alfortville, également candidat sur la liste, venus à l’occasion de l’édition 2019 du printemps de Bourges, avec Yannick Bedin, candidat berruyer : rencontres avec les militants puis avec les professionnels de la culture , déambulation dans les allées du Printemps et passage à un concert de Silly Boy Blue, dans le cadre des Inouïs du Printemps de Bourges, sélection des jeunes talents de demain. L’occasion de parler politiques culturelles évidemment : « Les politiques européennes en matière de culture sont un vrai sujet, pour Manon Aubry.

La question du budget consacré à la culture et de son statut doit être posée : cette dernière n’est pas une marchandise comme une autre et doit être protégée. Il faut des règles et des normes, les traités de libre-échange peuvent menacer la culture. Faire de la culture un outil d’émancipation, populaire, reste un objectif essentiel. »

Christian Benedetti de rajouter : « Nous sommes devant l’abandon des politiques publiques en termes d’art, qui nous contraint. Il faut lutter contre une vision de la culture-divertissement. Il faut imposer au niveau européen une redéfinition des critères, je travaille avec des artistes européens pour que l’on porte un projet commun pour la culture. »

Et Manon Aubry conclut :« Il faut se mobiliser pour ces élections européennes car la colère du pays doit trouver une traduction politique ; il ne faut pas donner un blanc-seing aux réformes injustes de Macron, car l’UE régit nos vies au quotidien avec ses directives ! »

Pierre Dedet, membre du Collectif d’Animation National de la GRS

La GRS et la FI font réunion commune et participative à Bouffémont !

Le mercredi 10 avril denier les citoyens, sympathisants et militants du département ont pu écouter et échanger avec Emmanuel Maurel, Sergio Coronado et Caroline Fiat autour des élections européennes. L’échéance du 26 mai se rapproche et la campagne entre dans le dur des programmes et de la confrontation des projets. La réunion fut co-animée par Jean-François Pin de la FI, Adélaïde Piazzi et Sébastien Lombard pour la Gauche Républicaine et Socialiste.

La soirée a commencé par un mot d’accueil chaleureux et républicain du Maire Claude Robert de son premier adjoint Michel Lacoux. Ensuite les thèmes abordés furent l’écologie, la souveraineté populaire et les services publics de santé. Le format participatif a permis au près de 70 participants de se faire une idée plus précise de l’importance d’envoyer le mois prochain des eurodéputés de combats. Emmanuel Maurel a rappelé que nous sommes les héritiers du NON de mai 2005 et que nous voulons rétablir les exigences démocratiques du peuple français bafouées après l’adoption du traite de Lisbonne.

Notre animateur national et eurodéputé a également rappelé l’importance de la lutte contre l’évasion fiscale et de la rupture avec les traités de libre échange pour restaurer une souveraineté des peuples dès maintenant. L’occasion de rappeler aussi  que l'”on peut avoir dans notre entourage des gens tentés par le vote Le Pen mais ce qu’il faut savoir c’est que les alliés de Madame Le Pen c’est les néo nazis allemands, les néo fascistes italiens, les nationalistes autrichiens, les gens d’Hongrie qui sont encore plus à droite qu’Orban parce qu’ils trouvent qu’Orban est modéré” Sergio Coronado a expliqué notre lutte déterminée à l’échelle européenne et internationale contre le dérèglement climatique et Caroline Fiat d’insister sur notre action implacable contre les lobbys pour protéger la santé publique à l’échelle européenne.

La réunion s’est terminée par un pot convivial avec une force plus grande encore pour mener campagne ces prochaines semaines sur le terrain et dire stop à l’Europe de Macron.